Brésil : Jair Bolsonaro dénonce le silence d’Emmanuel Macron au sujet des incendies en Australie

DIPLOMATIE Pour les dirigeants brésiliens, Emmanuel Macron est mû par une « idéologie socialiste » bien plus que par une préoccupation pour l’environnement

20 Minutes avec agences
Emmanuel Macron et Jair Bolsonaro lors du G20 d'Osaka, le 28 juin 2019.
Emmanuel Macron et Jair Bolsonaro lors du G20 d'Osaka, le 28 juin 2019. — Jacques Witt/SIPA

Le président brésilien Jair Bolsonaro et son chef de gouvernement, Onyx Lorenzoni, ont fustigé jeudi « le silence », idéologique selon eux, d’Emmanuel Macron sur les incendies meurtriers qui ravagent le sud-est de l'Australie.

Cette réaction intervient alors que les critiques du président français lors des incendies en Amazonie en août et septembre derniers avaient été très mal reçues à Brasilia. Ces incendies, largement dus à la déforestation galopante, ont provoqué une brouille diplomatique entre les deux pays qui n’a toujours pas été soldée. Jair Bolsonaro avait accusé la France notamment de « colonialisme » et n’avait eu de cesse d’affirmer la souveraineté du Brésil sur l’Amazonie.

Macron et son « idéologie socialiste »

« Le monde regrette les incendies et les morts en Australie. Ici au Brésil on a du mal à comprendre le silence de@EmmanuelMacron. Des réactions différentes quand il s’agit du Brésil… Vraie préoccupation avec l’environnement ou idéologie socialiste… ? », a ainsi tweeté ce jeudi soir Onyx Lorenzoni, en français, après une série de messages en portugais.

« Macron a attaqué le Brésil avec des fausses nouvelles car ici le Président Bolsonaro ne se soumet pas aux idées socialistes », a-t-il poursuivi dans un autre tweet. Mercredi, il avait déjà dénoncé le « silence assourdissant de Macron et de l'"Europe verte" » sur les incendies en Australie.


Bolsonaro s’en prend aussi à Greta Thunberg

Dans son direct sur Facebook jeudi soir, le président Bolsonaro a renchéri et fait mine de s’interroger : « Macron a dit quelque chose jusqu’ici ? Il a parlé de remettre en question la souveraineté de l’Australie ? ». Au passage, le président climatosceptique demande également si la jeune militante suédoise Greta Thunberg, qu'il a récemment qualifiée de « gamine », « a dit quelque chose elle aussi ».

Jair Bolsonaro a proposé de l’aide à l’Australie pour combattre les incendies qui ont fait au moins huit morts, mais sans fournir de précisions. Face à la vive émotion dans le monde, le Brésil avait tenté en août de minimiser l'ampleur des incendies en Amazonie et le président Bolsonaro avait accusé des ONG d’avoir provoqué des départs de feu.