Mort de Soleimani : Hassan Rohani promet de venger la mort du général tué par un raid américain en Irak

REVANCHE Le puissant général iranien a été tué en Irak ce cendredi par un raid américain

20 Minutes avec AFP

— 

Hassan Rohani, le 20 décembre 2019 au Japon.
Hassan Rohani, le 20 décembre 2019 au Japon. — Charly Triballeau/AP/SIPA

L’Iran et les « nations libres de la région » se vengeront des Etats-Unis après la mort de Qassem Soleimani, a promis le président Hassan Rohani. Le puissant général iranien  a été tué ce vendredi dans un raid américain en Irak.

« Il n’y a aucun doute sur le fait que la grande nation d’Iran et les autres nations libres de la région prendront leur revanche sur l’Amérique criminelle pour cet horrible meurtre », a déclaré Hassan Rohani dans un communiqué publié sur le site du gouvernement. Le « martyr » du général Soleimani « a endeuillé le cœur de la nation iranienne et de toutes les nations de la région », a-t-il ajouté.

Une « vengeance implacable »

Sa mort « a redoublé la détermination de la nation iranienne et des autres nations libres de la région de se dresser contre les intimidations de l’Amérique et de défendre les valeurs islamiques », a affirmé le président iranien. « Cet acte vil et lâche est un autre signe du désespoir et de la faiblesse de l’Amérique dans la région », a-t-il assuré.

Sur le même ton, le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, s’est engagé plus tôt vendredi à « venger » sa mort, avant de décréter un deuil national de trois jours dans le pays. « Le martyre est la récompense de son inlassable travail durant toutes ces années (…). Si Dieu le veut, son œuvre et son chemin ne s’arrêteront pas là, et une vengeance implacable attend les criminels qui ont empli leurs mains de son sang et de celui des autres martyrs », a dit l’ayatollah Khamenei sur son compte Twitter en farsi.

Une milice anti-américaine réactivée

Autre conséquence de la mort du général, le leader chiite Moqtada Sadr a donné ce vendredi l’ordre à ses combattants de l’Armée du Mehdi de se « tenir prêts ». Il réactive ainsi une milice officiellement dissoute depuis environ une décennie et qui avait semé la terreur dans les rangs des soldats américains en Irak.

Vendredi, le puissant général iranien Qassem Soleimani, émissaire de la République islamique en Irak, et un dirigeant pro-iranien ont été tués dans une frappe américaine à Bagdad. Le président américain Donald Trump a lui-même donné l’ordre de « tuer » le général Soleimani, a annoncé le Pentagone.