Affaire Carlos Ghosn : « C’est moi seul qui ai organisé mon départ » du Japon au Liban

FUITE La semaine dernière, Carlos Ghosn a fui le Japon, où il était en résidence surveillée, pour rejoindre le Liban

Manon Aublanc

— 

Carlos Ghosn à la sortie de chez son avocat, à Tokyo, le 3 avril 2019.
Carlos Ghosn à la sortie de chez son avocat, à Tokyo, le 3 avril 2019. — Kazuhiro NOGI / AFP

L’ex-patron de Renault-Nissan Carlos Ghosn, qui a fui le Japon, où il est poursuivi pour des malversations financières, pour le Liban​, a affirmé avoir organisé « seul » son départ, a-t-il déclaré dans un communiqué envoyé aux médias, dont 20 Minutes.

« Les allégations dans les médias selon lesquelles mon épouse Carole et d’autres membres de ma famille auraient joué un rôle dans mon départ du Japon sont fausses et mensongères. C’est moi seul qui ai organisé mon départ. Ma famille n’a joué aucun rôle », explique l’ex-patron de Renault-Nissan.

Une fuite rocambolesque

Carlos Ghosn est arrivé lundi au Liban, pays dont il a la nationalité, mais son lieu de résidence reste inconnu. Les conditions de ce départ surprise du Japon où il était assigné à résidence sans autorisation de quitter le territoire, restent floues​. Des perquisitions ont été menées à Tokyo et sept personnes arrêtées en Turquie, soupçonnées d’avoir aidé Carlos Ghosn lors d’un transit par Istanbul.

Selon une source à la présidence libanaise, le patron déchu est entré dans le pays, en provenance de Turquie, avec un passeport français et sa carte d'identité libanaise. En outre, pour sa fuite, Carlos Ghosn est soupçonné d’avoir emprunté un jet privé parti de l’aéroport du Kansai (ouest).