Irak : Les manifestants se sont retirés du secteur de l’ambassade américaine

TENSIONS Des manifestants pro-iraniens ont attaqué mardi l'ambassade des Etats-Unis à Bagdad

20 Minutes avec AFP

— 

Les forces de sécurité irakiennes sont déployées devant l'ambassade des États-Unis à Bagdad, la capitale, après un ordre de la force paramilitaire du Hachd al-Chaabi aux partisans de quitter le complexe le 1er janvier 2020.
Les forces de sécurité irakiennes sont déployées devant l'ambassade des États-Unis à Bagdad, la capitale, après un ordre de la force paramilitaire du Hachd al-Chaabi aux partisans de quitter le complexe le 1er janvier 2020. — AHMAD AL-RUBAYE / AFP

Les manifestants pro-Iran ont quitté mercredi les abords de l'ambassade des Etats-Unis à Bagdad, sur ordre des paramilitaires du Hachd al-Chaabi, mettant fin à un épisode de violence qui a culminé avec une attaque inédite contre la chancellerie.

Si la violence a cessé à Bagdad, l’escalade entre l’Iran et les Etats-Unis, pays ennemis et tous deux puissances agissantes en Irak, se poursuit : le président Donald Trump a menacé de faire payer le « prix fort » à l’Iran accusé d'avoir «orchestré» l'attaque de son ambassade mardi, et Téhéran a convoqué le représentant de la Suisse chargée des intérêts américains en Iran.

Les tentes démontées

Estimant que le « message » des manifestants avait été « entendu », le puissant Hachd a appelé ses partisans à relocaliser leur sit-in hors de l’ultrasécurisée Zone verte à Bagdad, où siège l’ambassade américaine.

Aussitôt, a constaté un photographe de l’AFP, les manifestants ont démonté toutes les tentes montées la veille pour un sit-in alors dit illimité, à la suite de leur attaque contre la chancellerie pour dénoncer les raids américains contre des bases d’une faction pro-Iran qui ont fait 25 morts. Les centaines de manifestants se sont dirigés vers les sorties de la Zone verte où est située l’ambassade, défilant au cri de « On les a brûlés ».

Les activités consulaires de l’ambassade suspendues

« Nous avons enregistré un gros succès : nous sommes arrivés jusqu’à l’ambassade américaine alors que personne ne l’avait fait avant » et maintenant, « la balle est dans le camp du Parlement », a affirmé à l’AFP Mohammed Mohieddine, porte-parole des brigades du Hezbollah, visées dimanche soir par les avions américains.

Washington a annoncé que les activités consulaires de l’ambassade étaient suspendues « jusqu’à nouvel ordre », conseillant aux ressortissants américains résidant en Irak de ne pas s’approcher du bâtiment.

Cette démonstration de force du Hachd a fait ressurgir pour Washington le spectre de deux traumatismes dans leurs ambassades, à Téhéran en 1979 et à Benghazi en Libye en 2012. A Bagdad, les responsables pro-Iran visent à rassembler au Parlement des signatures pour dénoncer l’accord de coopération irako-américain autorisant la présence de 5.200 soldats américains sur le sol irakien.