Etats-Unis : Des apprentis surveillants de prison vont être licenciés après avoir fait un salut nazi sur une photo

POLEMIQUE A l’issue d’une formation, une trentaine d’apprentis en uniforme avaient fait un salut nazi sur une photo, avec pour légende « Hail Byrd ! », du nom de leur formatrice

20 Minutes avec agences

— 

Illustration prison américaine
Illustration prison américaine — Eric Risberg/AP/SIPA

Une trentaine d’apprentis surveillants de prison de Virginie occidentale vont être licenciés pour avoir effectué un salut nazi sur une photo de groupe. Jim Justice, le gouverneur de cet Etat de l’est des Etats-Unis, a indiqué dans un communiqué ce lundi suivre « toutes les recommandations » d’un rapport interne appelant au licenciement de l’ensemble des protagonistes.

« Comme je l’ai dit depuis le début (…) ce genre de comportement ne sera toléré dans aucune agence gouvernementale tant que je serai en poste », a-t-il ajouté.

« Une dure à cuire comme Hitler »

La photo en question, prise à l’issue d’une formation de plusieurs semaines, a été relayée début décembre dans les médias américains. On y voit une trentaine d’apprentis surveillants en uniforme faire un salut nazi sous la légende « Hail Byrd ! », du nom de leur formatrice, Kassie Byrd.

Selon le rapport interne conduit par le Département local des affaires militaires et de la sécurité publique, un membre de l’administration pénitentiaire avait fait part de ses réserves à cette formatrice après avoir reçu la photo. « Il n’y a rien de mal à ça, il y a des gens de toutes couleurs et de tous milieux dans cette photo et tout le monde y participe », a-t-elle répondu, expliquant que ses élèves avaient fait ce geste parce qu’elle était « une dure à cuire comme Hitler ».

Un « manque de jugement déplorable »

Le rapport conclut ainsi que le comportement des aspirants surveillants résultait majoritairement d’une « ignorance » et d’un « manque de jugement déplorable ». Mais qu’il avait aussi « terni la réputation » de l’administration pénitentiaire et qu’il était « à l’exact opposé des valeurs » qu’elle défend.

Le Département des affaires militaires et de la sécurité publique a donc recommandé au gouverneur le licenciement de l’ensemble des apprentis impliqués, ainsi que d’un encadrant n’ayant pas signalé la photo à sa hiérarchie. Deux formateurs avaient déjà été licenciés.