Affaire Carlos Ghosn : L’ex-PDG de Renault-Nissan a fui le Japon pour le Liban

REBONDISSEMENT L’ex-patron du groupe automobile est désormais à Beyrouth. Il parlera aux médias la semaine prochaine

20 Minutes avec AFP

— 

Carlos Ghosn, le 25 avril 2019 à Tokyo.
Carlos Ghosn, le 25 avril 2019 à Tokyo. — Behrouz MEHRI / AFP
  • 19 novembre 2018 : Carlos Ghosn est arrêté au Japon. Il sera inculpé pour abus de confiance et dissimulation de revenus.
  • 25 avril 2019 : un juge approuve la libération sous caution du dirigeant qui est assigné à résidence à Tokyo.
  • 30 décembre 2019 : l'homme d'affaires franco-libanais arrive à Beyrouth (Liban).

Carlos Ghosn, ex-PDG de Renault-Nissan, ne finira pas l’année 2019 au Japon où il était assigné à résidence depuis le 25 avril, dans l’attente de son procès programmé pour 2020. Dans un communiqué, il a lui-même confirmé qu’il ne se trouvait plus à Tokyo. « Je suis à présent au Liban. Je ne suis plus l’otage d’un système judiciaire japonais partial où prévaut la présomption de culpabilité », a-t-il écrit, selon un document transmis par ses porte-parole. « Je n’ai pas fui la justice, je me suis libéré de l’injustice et de la persécution politique. Je peux enfin communiquer librement avec les médias, ce que je ferai dès la semaine prochaine », a-t-il ajouté.

Les autorités françaises affirment ne rien savoir

Pour le moment, le gouvernement japonais n’a pas réagi en ce dernier jour de l’année où exceptionnellement tout tourne au ralenti dans l’archipel. A Beyrouth, la diplomatie libanaise a indiqué que Carlos Ghosn était entré "légalement" dans le pays, lundi à l’aube. La Sûreté générale a indiqué que rien n’imposait "l’adoption de procédures à son encontre" ni "l’exposait à des poursuites judiciaires".

Paris a par ailleurs assuré ne pas avoir été informé de son départ du Japon et indique n’avoir eu "aucune connaissance des circonstances de ce départ", selon un communiqué des Affaires étrangères.

« La manière dont il a quitté le Japon n’est pas claire »

Une source sécuritaire libanaise a confirmé dès lundi l’arrivée de L’homme d’affaires franco-libanais dans le pays. Un autre responsable libanais a pour sa part ajouté « que la manière dont il a quitté le Japon n’est pas claire ». « C’est une surprise totale, je suis abasourdi », a réagi Junichiro Hironaka, l’avocat de Carlos Ghosn, affirmant ne pas avoir été contacté par son client et avoir appris sa fuite « par la télévision ».

Carlos Ghosn avait été arrêté à Tokyo le 19 novembre 2018 et est inculpé au Japon pour abus de confiance et pour dissimulation de revenus. Détenu pendant plusieurs mois au Japon, il a été libéré une première fois sous caution en mars 2019, avant d’être de nouveau arrêté début avril et encore libéré sous caution dans de strictes conditions fin avril.

Des conditions de détention dénoncées par ses proches

Depuis son arrestation, ses avocats et sa famille ont vivement dénoncé ses conditions de détention et la façon dont la justice japonaise mène la procédure dans ce dossier. Adulé pendant des années au Japon pour avoir participé au renouveau de Nissan, Carlos Ghosn avait lui-même dénoncé dernièrement un « complot » de la part de Nissan pour empêcher un projet d’intégration plus poussée avec Renault.

Les conditions de liberté de l’ex-PDG de Renault-Nissan précisaient que ses passeports étaient gardés par ses avocats, garants du respect des règles imposées par la justice à son égard. Son assignation à résidence à Tokyo lui laissait la liberté de voyager à l’intérieur du Japon, mais la durée d’absence de son domicile était réglementée. Carlos Ghosn et ses avocats se plaignaient qu’il était suivi en permanence depuis sa deuxième libération sous caution en avril, accusant dans un premier temps des officiers du bureau des procureurs.