Hong Kong: 15 arrestations lors de nouveaux affrontements

VIOLENCES Les centres commerciaux figurent parmi les lieux favoris des manifestants. Des affrontements s'y sont déroulés cette semaine trois jours durant

B.D. avec AFP
— 
La police anti-émeute arrête un manifestant, dans un centre commercial de Sheung Shui, à Hong Kong, le 28 décembre 2019.
La police anti-émeute arrête un manifestant, dans un centre commercial de Sheung Shui, à Hong Kong, le 28 décembre 2019. — DALE DE LA REY / AFP

La police de Hong Kong a arrêté au moins 15 personnes lors d'affrontements ce samedi avec des manifestants pro-démocratie, qui ont investi un centre commercial proche de la frontière avec la Chine pour dénoncer la venue de touristes chinois qui viennent y faire leurs courses.

Des policiers en civils brandissant des matraques ont arrêté dans l'après-midi 14 personnes, dont une adolescente âgée de 14 ans, qui manifestaient à l'intérieur du centre commercial dans le quartier de Sheung Shui, obligeant les magasins à fermer et s'en prenant aux acheteurs. La police anti-émeutes a chargé pour soutenir les policiers, utilisant du gaz au poivre pour disperser des habitants protestant contre les arrestations. Plus tard, lors d'un incident séparé à l'intérieur du centre, un homme a été arrêté, la tête couverte de sang.

Les centres commerciaux particulièrement visés

Une fois la police partie, certains manifestants sont demeurés sur une passerelle voisine, s'en prenant aux passants qu'ils supposaient être des touristes chinois. Des protestations et affrontements similaires, avec des arrestations, se sont produits parallèlement en soirée dans un centre commercial de Kowloon Bay.

Depuis plusieurs années, Sheung Shui attire de nombreux touristes et commerçants venus de Chine continentale pour des raisons fiscales, ce qui suscite la colère des habitants privés de leurs boutiques habituelles. Les centres commerciaux de Hong Kong figurent parmi les lieux favoris des manifestants. Des affrontements s'y sont déroulés cette semaine trois jours durant alors qu'ils étaient particulièrement fréquentés en cette période de fêtes.

Reprise des violences

Face au refus de toute concession de la part des dirigeants locaux et de Pékin, les manifestations et les violences ont repris durant la période de Noël. Elles avaient connu une accalmie temporaire dans la foulée des élections locales du 24 novembre avec la victoire écrasante des candidats pro-démocratie.

Ex-colonie britannique, Hong Kong traverse depuis juin sa crise la plus grave depuis sa rétrocession à la Chine en 1997. Les manifestations sont nées du rejet d'un projet de loi, désormais abandonné, qui visait à autoriser les extraditions vers la Chine continentale. Mais les contestataires ont élargi leurs revendications afin d'obtenir le suffrage universel et dénoncent la mainmise qu'ils jugent grandissante de la Chine continentale sur le territoire. Ils réclament également une enquête sur le comportement de la police et l'amnistie de plus de 6.000 personnes arrêtées.