Kazakhstan: Journée de deuil national après le crash d'un avion

DECES Douze personnes, dont le pilote, sont mortes sur les 98 personnes se trouvant à bord de l'appareil lors du crash, vendredi

B.D. avec AFP

— 

Les restes de l'avion de la compagnie Bek Air, qui s'est écrasé au Kazakhstan, le 27 décembre 2019.
Les restes de l'avion de la compagnie Bek Air, qui s'est écrasé au Kazakhstan, le 27 décembre 2019. — Kazakhstan's emergencies committee / AFP

Le Kazakhstan observe ce samedi une journée de deuil national décrétée au lendemain du crash d'un avion de ligne ayant fait 12 morts près d'Almaty, le poumon économique de ce pays d'Asie centrale.

Dans le centre de la capitale kazakhe, Nur-Sultan, où se rendait l'appareil, le plus grand drapeau du pays, flottant à une hauteur de 111 mètres, a été mis en berne. Des appels à des dons d'argent et de sang pour les victimes ont par ailleurs été lancés à Almaty. De nombreux pays, dont les voisins russes et chinois, ainsi que l'Union européenne, ont adressés leurs condoléances à cette ancienne république soviétique.

Vendredi matin, ce Fokker-100 de la compagnie locale à bas coût Bek Air a heurté la piste avec sa queue à deux reprises avant de décoller, selon l'aéroport d'Almaty d'où partait l'appareil. Il s'est ensuite écrasé une quinzaine de minutes plus tard, s'encastrant dans une habitation en béton. Selon le Comité des situations d'urgence, douze personnes, dont le pilote, sont mortes sur les 98 personnes se trouvant à bord. Ce samedi, 47 passagers survivants étaient toujours hospitalisés, dont neuf enfants, selon les autorités kazakhes.

Plusieurs hypothèses d'enquête

Une jeune femme a raconté ce samedi à la chaîne russe Zvezda avoir évité de justesse de monter à bord du vol avec ses enfants, après avoir été retenue par une kermesse organisée plus tôt que prévu dans leur école. Un survivant avait lui décrit au site d'information kazakh Tengrinews «un bruit terrible» avant que l'appareil ne perde de l'altitude, puis des «hurlements» et des pleurs de passagers lors de sa chute.

Tandis qu'une enquête a été ouverte pour «violation des règles de sécurité et d'exploitation d'un moyen de transport aérien», le ministère de l'Intérieur a indiqué étudier plusieurs hypothèses pour expliquer l'accident, dont un problème technique, une erreur des pilotes ou le rôle des conditions météorologiques.

Les boîtes noires envoyées à Moscou

Les boîtes noires de l'appareil, construit en 1996, ont été retrouvées et envoyées à Moscou pour être étudiées par un comité intergouvernemental, a indiqué le vice-ministre de l'Industrie kazakhe Berik Kamaliev, cité par les agences russes.

Selon les autorités, la commission d'enquête mise sur pied devrait annoncer ses premières conclusions le 10 janvier prochain. Au moins jusqu'à cette date, la dizaine d'autres appareils de la compagnie Bek Air seront cloués au sol.

La compagnie Bek Air se décrit sur son site internet comme la première compagnie à bas coût du Kazakhstan. Selon le ministère de l'Industrie, elle exploite neuf avions de type Fokker-100, un modèle moyen-courrier construit par l'avionneur néerlandais Fokker. En mars 2016, un Fokker-100 de Bek Air avec 116 passagers à son bord avait dû effectuer un atterrissage d'urgence à l'aéroport international de Nur-Sultan en raison d'un problème de train d'atterrissage, sans faire de blessés.