Noyade en Espagne: Les trois victimes savaient nager

ENQUETE Selon la mère de famille, la tragédie pourrait être due à un problème inhérent à la piscine de l’établissement, le club La Costa World, à Mijas

B.D. avec AFP

— 

Illustration d'une piscine.
Illustration d'une piscine. — Pixabay

Un Britannique de 52 ans et deux de ses enfants qui se sont noyés dans la piscine d’une résidence touristique en Espagne savaient nager, a déclaré ce samedi leur épouse et mère, démentant de précédentes informations.

Elle a estimé que la tragédie pouvait être due à un problème inhérent à la piscine de l’établissement, le club La Costa World, situé dans la ville touristique de Mijas, près de Malaga, dans le sud de l’Espagne. Les faits sont survenus mardi, veille de Noël, alors que cette famille de cinq personnes, le père, la mère et trois enfants, était en vacances dans cette résidence.

« Attirés vers le milieu de la piscine »

« Ils savaient tous les trois nager », a affirmé Olubunmi Diya dans un communiqué publié sur Facebook par l’église londonienne de la famille. Elle a précisé que toute la famille était présente au moment du drame qui a coûté la vie à Gabriel Diya, un pasteur chrétien âgé de 52 ans, à sa fille de 9 ans, Comfort, et à son fils de 16 ans, Praise-Emmanuel, qui avait la nationalité américaine.

« Les enfants sont entrés dans la piscine en utilisant les marches, mais ils ont été attirés vers son milieu, qui était plus profond, et ils ont appelé au secours parce qu’ils ne parvenaient pas à sortir », a écrit Olubunmi Diya. Le père est alors entré dans l’eau pour tenter de les secourir, a-t-elle raconté.

« Je crois qu’il y a quelque chose qui n’allait pas dans la piscine, quelque chose qui a rendu difficile pour eux de nager à ce moment-là », a poursuivi Olubunmi Diya. La mère a assisté à la scène, qui a pu être reconstituée grâce à son témoignage et à celui d’un employé de la résidence qui a sorti les trois corps de l’eau, selon un porte-parole de la Garde civile.

« Un accident tragique »

Les déclarations d’Olubunmi Diya contredisent une information donnée jeudi par une source proche de l’enquête, selon laquelle les enquêteurs espagnols se seraient entendu dire par le troisième enfant de la famille, une soeur qui a survécu, que les victimes ne savaient pas nager.

La police espagnole a examiné le système d’épuration de la piscine pour tenter d’établir si la fillette de 9 ans pourrait avoir été aspirée ce système, selon le porte-parole de la Garde civile. « Ce que nous cherchons à savoir, c’est pourquoi ils n’ont pas pu sortir de l’eau », a dit ce porte-parole. Selon lui, quand la petite fille a eu du mal à sortir de l’eau, son père et son frère ont voulu la secourir mais tous trois se sont noyés.

La petite piscine a toutefois été rouverte jeudi, selon des images diffusées par la télévision nationale espagnole. Le club La Costa World a déclaré dans un communiqué que la Garde civile « a donné son autorisation formelle pour rouvrir la piscine, n’ayant rien trouvé à redire concernant la piscine ou les procédures en place ». « C’est un accident tragique qui a laissé tous ceux qui en ont été témoins en état de choc », a ajouté le club.