Présidentielle en Croatie : Duel au second tour entre la conservatrice sortante et le centre gauche

ELECTION Zoran Milanovic, ancien Premier ministre social-démocrate, a recueilli plus de 29% des voix

20 Minutes avec AFP

— 

Zoran Milanovic est arrivé en tête du 1er tour de l'élection présidentielle Croate ce dimanche 22 décembre 2019.
Zoran Milanovic est arrivé en tête du 1er tour de l'élection présidentielle Croate ce dimanche 22 décembre 2019. — Damir SENCAR / AFP

La cheffe de l’Etat conservatrice sortante en Croatie affrontera un ancien Premier ministre de centre gauche au second tour de la présidentielle après avoir franchi de justesse la première étape et perdu des électeurs au profit d’un chanteur populiste de droite.

La Croatie devra attendre le second tour prévu pour le 5 janvier afin de connaître le nom de son prochain président aux fonctions surtout honorifiques. Le premier tour dimanche révèle la montée en puissance de la droite dure dans le pays.

Zoran Milanovic en tête du scrutin

Avec plus de 29 % des voix selon les résultats officiels après comptage des suffrages dans 98 % des bureaux de vote, l’ancien Premier ministre social-démocrate Zoran Milanovic arrive en tête du scrutin. La présidente sortante Kolinda Grabar-Kitarovic a obtenu 26,7 % des suffrages. En troisième position arrive Miroslav Skoro (24,4 %), 57 ans, un artiste devenu populaire dans les années 1990 avec des titres à teneur patriotique.

L’ancien Premier ministre Zoran Milanovic promet de faire de Croatie un « pays normal » avec une justice indépendante, qui respecte les minorités. Si ses partisans saluent sa détermination, ses détracteurs dénoncent son arrogance. Zoran Milanovic, 53 ans, fut entre 2011 et 2016 chef d’un gouvernement qui avait déçu car il n’avait pas su mettre fin à la corruption ambiante ni développer l’économie.

Exode des habitants des Balkans

Le 1er janvier, le gouvernement croate assumera la présidence tournante de l'UE pour un mandat de six mois qui verra sans doute le Royaume-Uni quitter l’Union et des pays des Balkans occidentaux frapper à sa porte. La Croatie fait face comme ses voisins balkaniques à l’exode de ses habitants, un phénomène qui s’est accéléré après son accession à l'UE en 2013.

Les émigrés partent chercher une vie meilleure ailleurs en Europe mais invoquent aussi la corruption et le clientélisme, ou la piètre qualité des services publics. Dans un des membres les plus pauvres de l’UE, la campagne a rarement abordé les nombreux défis auxquels le pays est confronté.