Belgique : 30 millions d’euros déboursés pour la modernisation de véhicules blindés… à présent inutilisables

GÂCHIS Le blindage et la climatisation ajoutés aux engins militaires lors de leur modernisation a fait perdre du volume à son habitacle et rendu plus difficile leur pilotage

20 Minutes avec agence

— 

Une femme passe à côté d'un blindé, dans une rue de la ville de Bruxelles, désertée de ses habitants
Une femme passe à côté d'un blindé, dans une rue de la ville de Bruxelles, désertée de ses habitants — EMMANUEL DUNAND AFP

Le gouvernement belge a dépensé 30 millions d’euros pour moderniser leurs véhicules militaires. Sauf que les modifications les ont rendus inutilisables : 44 blindés de modèle Pandur avaient été achetés par le ministère de la Défense du pays en 1996. Après plus de 20 ans d’utilisation, les véhicules ont subi une profonde rénovation qui a été effectuée par le constructeur suisse Mowag.

Cette opération était nécessaire pour garantir la sécurité des soldats utilisant les blindés à l’étranger, explique VRT, qui s’est procuré des documents internes de la Défense. Elle comprend notamment le blindage du fond de l’engin et l’installation de la climatisation à bord. Mais avec ces nouveautés, l’espace intérieur est devenu exigu et le pilotage des véhicules difficile, a constaté un groupe de militaires en charge des essais de ces véhicules militaires rénovés. La conduite, le freinage et l’accès aux pédales posent en effet problème, explique le média belge.

Une solution va être négociée

Les soldats ont indiqué avoir du mal à s’installer dans l’habitacle des nouvelles versions des Pandur et ont rencontré des difficultés à appuyer sur les pédales, nuisant ainsi à la sécurité des missions. Si les blindés ne sont pas à nouveau transformés, il faudrait par exemple limiter à 1m70 la taille des personnes manœuvrant le véhicule, relaie VRT. Le ministère de la Défense belge explique échanger avec Mowag afin de trouver une solution. Il affirme que les changements effectués ne sont pas définitifs.

Julie Chanson, une membre de la Commission de la Défense citée par la RTBF, a qualifié d'« ineptie » la décision de moderniser les blindés plutôt que de les remplacer. « À l’heure où les dépenses publiques sont compressées et où la Défense se plaint d’un manque d’investissement, il importe pourtant que chaque dépense soit bien pensée, plutôt que de voir l’argent jeté par les fenêtres ! », a-t-elle déploré. Les Pandur belges ne pourront pas être déployés au Mali en 2021 comme initialement prévu. Ils ne seront opérationnels qu’en 2022, au plus tôt.