«Comme Mandela, continuons à reconstruire ensemble !», exhorte le président de la Fondation Mandela Sello Hatang

VIS!ONS Le président de la Fondation Mandela parcourt le monde pour perpétuer l'héritage de Madiba. Il était sur la scène de notre conférence VIS!ONS le 4 décembre

Recueilli par Elodie Hervé

— 

Sello Hatang, président de la Fondation Mandela
Sello Hatang, président de la Fondation Mandela — Tom Herbette/20 Minutes
  • A la tête de la fondation Nelson Mandela, Sello Hatang s’occupe de la mémoire de l’ancien chef d’Etat .
  • Pour lui, Madiba a été un «exemple de ce que l’humain peut être, de ce que l’humain peut avoir de meilleur».
  • «Nous devons construire ensemble des pays plus tolérants», réclame Sello Hatang.

Comment perpétuer l’héritage de Nelson Mandela ? Grâce au dialogue, répond Sello Hatang, invité d’honneur de la conférence VIS!ONS organisée par 20 Minutes le 4 décembre. A la tête de la fondation du même nom, Sello Hatang s’occupe de la mémoire de l’ancien chef d’Etat sud-africain. Ancien porte-parole d’organisations de défense des droits humains, membre actif du processus de réconciliation en Afrique du sud, il a pris sa succession à la tête de la fondation en 2013. Depuis, il arpente son pays et le monde pour appeler à plus de tolérance entre les peuples. Il répond à nos questions…

Pour vous, que représente Nelson Mandela ?

Nelson Mandela représente le leadership. Un leadership au service des autres. Il représente ce que la réconciliation peut-être. Il représente ce qu’il y a de plus humain en chacun d’entre nous. Il représente l’humilité et la volonté de servir l’humanité entière. Et bien sûr il représente la tolérance. Il a été un exemple de ce que l’humain peut être, de ce que l’humain peut avoir de meilleur.

C’est le rôle de votre fondation, de montrer le meilleur de l’humanité ?

Nous devons construire ensemble des pays plus tolérants, qui s’entraident plus, et qui respectent les droits humains. Ce que nous a laissé Mandela en héritage peut changer la vie des enfants, des femmes et des hommes. Avec la fondation, nous essayons de mettre en place des groupes de parole où celles et ceux qui n’arrivent pas à se parler réfléchissent ensemble à une solution. Nous mettons aussi en place une aide sociale pour celles et ceux dans le besoin. Et enfin, nous commémorons la mémoire de Nelson Mandela à travers le monde, pour éviter que son héritage ne disparaisse. La solidarité entre les êtres humains ne doit pas se faire qu’avec les siens. Elle doit s’étendre à celles et ceux qui sont différents.

Êtes-vous optimiste pour l’avenir de notre planète ?

Quand il était en prison, Nelson Mandela n’a jamais baissé les bras. Pourquoi devrais-je le faire aujourd’hui ? Je n’ai qu’un souhait : que nous arriverons à vivre tous et toutes ensemble, dans un monde qui accepte les différences, dans un monde en paix qui prend soin des plus fragiles. C’est pour cela que nous travaillons dur avec la fondation Mandela. Nous travaillons pour que la jeune génération ne perde jamais espoir.

Pourquoi nos sociétés restent-elles si clivées ?

Malheureusement, je pense que nous ne nous parlons pas assez. Que nous ne nous écoutons pas assez. C’est beaucoup plus simple de rester dans son coin, que de dialoguer et d’accepter les différences. C’est plus facile de détruire que de reconstruire. Nelson Mandela a passé sa vie à vouloir reconstruire, et j’espère qu’à travers le monde les populations apprendront de cela. Continuons à reconstruire ensemble !