Etats-Unis : L’ingénieur George Laurer, pionnier du code-barres, est décédé à l'âge de 94 ans

DISTRIBUTION Le premier objet à être scanné avec ce système était un paquet de chewing-gums en 1974

20 Minutes avec agences

— 

Un code-barres (illustration).
Un code-barres (illustration). — Jay Pickthorn/AP/SIPA

George Laurer, l’ingénieur américain qui a contribué à démocratiser les codes-barres dans l’univers de la distribution à travers le monde, est décédé ce week-end à 94 ans. Il a été inhumé ce lundi à Wendell, dans l’Etat américain de la Caroline du Nord.

Embauché chez IBM en 1951, George Laurer a travaillé comme ingénieur au sein de leur équipe de recherche. Il a joué un rôle majeur dans le développement du code universel des produits (CUP). C’est lui qui a eu l’idée de remplacer les cercles et points du système numérique originel, inspiré du Morse, par des barres plus faciles à imprimer.

Un système révolutionnaire

En scannant le code-barres, assorti d’un chiffre, on peut ainsi identifier instantanément un produit et son prix, permettant un important gain de temps aux caisses des supermarchés. Ce système a « changé la donne » du commerce mondial, avait résumé l’ingénieur lors d’une interview en 2010.

Breveté par Norman Joseph Woodland et Bernard Silver en 1952, le code-barres n’a été commercialisé qu’en 1971 grâce à George Laurer. Le premier scanné était un paquet de chewing-gums, le 26 juin 1974. Il est désormais exposé au Musée national d’histoire américaine à Washington.

Cette technologie « a transformé quasiment toutes les industries du monde », affirme le site Internet d’IBM. L’organisme GS1, chargé de la normalisation mondiale des méthodes de codage, estime dans son rapport 2018-2019 que 6 milliards de codes-barres sont scannés quotidiennement et que 100 millions de produits portent un code-barres dans le monde.