Ebola : Le Rwanda lance sa première campagne de vaccination

SANTE Le Rwanda prend ses précautions alors que l’épidémie d’Ebola a fait 2.200 morts chez le voisin congolais depuis août 2018

20 Minutes avec agences

— 

Un infirmière prépare un vaccin contre Ebola à Goma en RDC, le 7 août 2019.
Un infirmière prépare un vaccin contre Ebola à Goma en RDC, le 7 août 2019. — Augustin WAMENYA / AFP

Le Rwanda a lancé ce dimanche sa première campagne de vaccination contre Ebola. Elle a lieu dans l’ouest du pays, à la frontière avec la République démocratique du Congo (RDC), où l’épidémie fait des ravages.

Le gouvernement rwandais envisage de vacciner 200.000 personnes en un an dans les districts de Rubavu et de Rusizi, au nord et sud du lac Kivu.

Un vaccin expérimental

« Tous les pays situés dans les zones à risque, même s’ils n’ont pas été touchés par Ebola, se sont vu conseiller par le Groupe stratégique consultatif d’experts (de l’Organisation mondiale de la Santé/OMS) d’utiliser le vaccin Johnson & Johnson pour protéger ceux qui ont de fortes probabilités d’entrer en contact avec des gens vivant dans des zones où Ebola a été signalé actif », a déclaré en conférence de presse la ministre rwandaise de la Santé, Diane Gashumba.

Le Rwanda utilise le vaccin expérimental Ad26-ZEBOV-GP, qui avait été employé pour la première fois à la mi-novembre à Goma, en RDC, de l’autre côté de la frontière.

Tous les habitants concernés

L’épidémie en RDC a fait plus de 2.200 morts depuis août 2018. Plus de 250.000 personnes ont déjà été vaccinées dans ce pays par un  vaccin fabriqué par le groupe américain Merck Shape and Dohme. C’est en revanche la première campagne de vaccination jamais lancée par les autorités rwandaises.

Les personnes travaillant dans le secteur de la santé, de l’immigration aux postes-frontières, les policiers, ainsi que les hommes et femmes d’affaires amenés à traverser fréquemment la frontière, seront vaccinés en priorité. Mais tous les habitants des deux districts concernés peuvent demander à être vaccinés s’ils le souhaitent.

« Nous vivons dans l’inquiétude »

Parmi les centaines de personnes qui se sont présentées dimanche pour être vaccinées, beaucoup se montraient satisfaites de cette initiative, estimant qu’elle leur permettrait de vivre l’esprit plus libre.

« Nous vivons dans l’inquiétude à cause de ce qui se passe en RDC. Cela a créé beaucoup de perturbations à la frontière, parce que nous étions empêchés d’acheter ou de vendre des biens aux Congolais vivant à Goma », a expliqué à l’AFP Joel Ntwari Murihe, l’un des premiers à avoir été vaccinés. « Le vaccin est une assurance pour la sécurité de nos vies et de celle de nos enfants », a-t-il ajouté.

Une inquiétude grandissante

Contrairement à ses voisins congolais et ougandais, le Rwanda n’a jamais connu la moindre victime du virus Ebola sur son sol.

Mais l’apparition d’Ebola à Goma (RDC), la capitale provinciale du Nord-Kivu, où au moins deux cas de fièvre hémorragique avaient été enregistrés en juillet-août, avait suscité une forte inquiétude au Rwanda.

Le pays avait temporairement fermé ses frontières et interdit à ses concitoyens de se rendre en RDC. Les frontières ont ensuite été rouvertes et de stricts contrôles sanitaires rétablis.