«La coalition a perdu l'Afghanistan en se concentrant sur l'Irak»

INTERVIEW Didier Chaudet, spécialiste de l'Asie centrale, explique comment l'Afghanistan est retombé aux mains des néo-talibans sous l'influence d'Al Qaeda...

Maud Descamps
— 
Le nombre de soldats étrangers morts en Afghanistan depuis le renversement du régime des talibans fin 2001 s'élève à 1.002, a indiqué lundi le site de référence icasualties.org.
Le nombre de soldats étrangers morts en Afghanistan depuis le renversement du régime des talibans fin 2001 s'élève à 1.002, a indiqué lundi le site de référence icasualties.org. — Joël Saget AFP/Archives
Les modes de lutte et de violence utilisés par les insurgés ont-ils évolué?
On observe une recrudescence des troupes d'Al-Qaida sur le terrain en Afghanistan. L'organisation terroriste a une grande influence idéologique sur les néo-talibans.

Ces derniers utilisent des modes d'attaques conçus en Irak tels que les attentats suicides ou alors les bombes artisanales appelées Improvised Explosive Devices (IED), ce qui n'était pas le cas auparavant. Bien que des tensions demeurent entre les néo-talibans et l'organisation terroriste, l'influence d'Al Qaeda n'en est pour autant pas moins importante.

Cette recrudescence des violences en Afghanistan peut-elle être liée au déploiement des troupes en Irak?
Il faut savoir que depuis 2006, les talibans se sont réimposés sur le terrain. Le problème est qu'en retirant des troupes d'Afghanistan pour les déployer en Irak, la coalition internationale, mais plus particulièrement les Américains, ont cédé du terrain à Al-Qaida.
Cette organisation terroriste est très souple. En voyant passer l'Irak sous le contrôle des Etats-Unis, elle a renforcé ses réseaux en Afghanistan. Son théâtre d'action a simplement changé de lieu.

En abandonnant l'Afghanistan pour se concentrer sur l'Irak, les Etats-Unis ont perdu l'Afghanistan. Si l'administration américaine s'était concentrée sur l'Afghanistan au moment de la fuite de Ben Laden fin 2001-début 2002, la situation aujourd'hui serait différente.

Le déploiement de nouvelles troupes dans les deux pays pourrait-il permettre un contrôle des deux zones?
Le problème aujourd'hui est qu'il est difficile, voir impossible, de déployer des troupes supplémentaires en Afghanistan tout en gardant les hommes sur le terrain en Irak. De plus, la maîtrise d'une zone ne passe pas que par les combats mais aussi et surtout par le travail de coopération avec la population locale et de reconstruction.
Mais cette reconstruction nécessite des fonds supplémentaires. Et en pleine crise financière je doute que le contribuable soit prêt à payer…

Didier Chaudet est chercheur à l'Ifri, spécialiste de l'Asie centrale.
Qui sont les néo-talibans?
Les néo-talibans sont des combattants islamistes afghans. Ils appartiennent à une jeune génération qui n'a pas forcément combattu pour l'«émirat» du mollah Omar. Contrairement à leurs aînés, les néo-talibans ne sont pas dans une organisation strictement hiérarchique, mais plutôt d'un réseau composé de bataillons locaux, qui collaborant les uns avec les autres. Ils s'appuient sur un trafic de drogues intensif pour financer leurs actions.

>> Pour en savoir plus sur les néo-talibans, lisez l'article de Didier Chaudet en cliquant ici!