Brexit : Une diplomate britannique démissionne avec fracas, fatiguée des « demi-vérités »

RAS LE BOL Alexandra Hall Hall, qui était chargée du dossier du Brexit à l’ambassade de Washington, a affirmé dans sa lettre de départ ne plus supporter de « propager des demi-vérités » sur le Brexit

20 Minutes avec AFP

— 

A confusion of various flags fly outside Parliament in London, Monday, Oct. 21, 2019.  The European Commission says the fact that British Prime Minister Boris Johnson did not sign a letter requesting a three-month extension of the Brexit deadline has no impact on whether it is valid and that the European Union is considering the request.
A confusion of various flags fly outside Parliament in London, Monday, Oct. 21, 2019. The European Commission says the fact that British Prime Minister Boris Johnson did not sign a letter requesting a three-month extension of the Brexit deadline has no impact on whether it is valid and that the European Union is considering the request. — KIRSTY WIGGLESWORTH/AP/SIPA

Alexandra Hall Hall, qui était chargée du dossier du Brexit à l’ambassade de Washington, a démissionné avec fracas à six jours des législatives au Royaume-Uni, affirmant dans sa lettre de départ ne plus supporter de « propager des demi-vérités » sur le Brexit, a rapporté CNN vendredi. Dans sa lettre datée du 3 décembre et consultée par la chaîne américaine, la diplomate britannique en poste aux Etats-Unis, écrit que sa position était devenue « intenable professionnellement » et « insupportable personnellement ».

Affirmant ne rien avoir « pour ou contre le Brexit en soi », la diplomate dit avoir été « de plus en plus consternée par la façon dont nos dirigeants politiques ont essayé de faire part du Brexit, avec une réticence à s’attaquer honnêtement, même vis-à-vis de nos propres citoyens, aux défis impliqués par le Brexit ».

« Pour le compte d’un gouvernement auquel je ne fais pas confiance »

« J’en suis à un moment de ma vie où je préfère faire quelque chose de plus gratifiant de mon temps que propager des demi-vérités pour le compte d’un gouvernement auquel je ne fais pas confiance », a ajouté la quinquagénaire, qui ne cite aucun responsable politique dans sa lettre. Un responsable du ministère des Affaires étrangères britannique, cité par CNN, a déclaré « ne pas commenter les détails d’une démission individuelle ». 

Pour rappel, Boris Johnson a fait de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne l’axe principal de sa campagne pour les législatives du 12 décembre. Le dirigeant conservateur reste en tête des sondages face au chef du Labour, Jeremy Corbyn.