New York : La mystérieuse « île des morts », longtemps inaccessible, va bientôt être ouverte au public

CIMETIERE Hart Island, localisée à l’est du Bronx, sert de gigantesque tombe depuis 1869

20 Minutes avec agences

— 

Un bateau passe à proximité d'un bâtiment abandonné de Hart Island, en 2014 à New York
Un bateau passe à proximité d'un bâtiment abandonné de Hart Island, en 2014 à New York — Don Emmert AFP

Hart Island est la plus méconnue de New York. Surnommée « l’île des morts », pour ses fosses communes où reposent près d’un million de New-Yorkais, elle devrait bientôt ouvrir au public après avoir été quasi inaccessible pendant des années.

Depuis 1869, cette île de 50 hectares, à l’est du Bronx, sert de tombe aux pauvres et aux indigents. Des centaines de milliers d’enfants s’y trouvent aussi et de nombreux malades du sida morts au début de l’épidémie dans les années 1980, à une époque où ils étaient souvent rejetés par leurs proches ou refusés par d’autres cimetières. Quelque 1.200 personnes sont encore enterrées à Hart Island chaque année, la plupart du temps par des prisonniers amenés depuis la prison de Rikers Island toute proche, moyennant une rémunération limitée à un dollar de l’heure.

Une victoire pour les proches

L’île était jusqu’ici gérée par la direction des prisons new-yorkaises, qui n’autorisaient les visites qu’au compte-gouttes, et seulement depuis 2007. C’est à compter de cette date que les proches des personnes inhumées sur l’île ont pu s’y rendre, même si elles ne pouvaient observer les tombes que de loin.

Le public, lui, était banni. Seuls les journalistes pouvaient participer à des visites organisées sous étroite surveillance, deux fois par an. Elaine Joseph, infirmière retraitée de 65 ans, fait partie de ceux qui se battaient pour se rendre librement sur cette île où est enterrée sa fille, morte en janvier 1978 à l’hôpital, quelques jours seulement après sa naissance prématurée.

« Je ne veux pas qu’on me dise à quels moments j’ai le droit de me rendre sur la tombe de mon bébé, je veux pouvoir y aller quand je veux », explique cette infirmière retraitée. La décision entérinée mercredi par le maire de New York Bill de Blasio, est pour elle, comme pour beaucoup d’autres, une grande victoire : elle transfère la gestion de Hart Island à la direction des parcs new-yorkais.

Terre d’histoire

Chaque année, 40 à 50 cercueils sont exhumés – parfois 15 ans après avoir été enterrés – lorsque des parents retrouvent les traces d’un proche et font transférer sa dépouille ailleurs. L’histoire de l’île est riche : elle fut un camp de prisonniers pour les confédérés pendant la guerre de Sécession, asile psychiatrique, sanatorium pour tuberculeux, prison pour adolescents, et même une base de missiles pendant la Guerre froide.

La plupart des bâtiments de l’île sont aujourd’hui en ruines, et il faudra beaucoup d’argent pour les restaurer. L’érosion, aggravée par l’ouragan Sandy qui frappa New York en 2012, a aussi abîmé les rives et déterré certains ossements, au nord de l’île, nécessitant l’intervention d’archéologues, en attendant un projet de fortification des côtes en cours.