Un attentat à la voiture piégée tue deux journalistes

CROATIE Face à la recrudescence des assassinats, les médias croates dénoncent l'impuissance des autorités...

Maud Descamps avec agence
— 
Ivo Pukanic et Niko Franjic tués dans un attentats à Zagreb.
Ivo Pukanic et Niko Franjic tués dans un attentats à Zagreb. — no credit

Deux journalistes ont été tués dans un attentat à la voiture piégée, en Croatie, jeudi en fin d'après-midi. Les victimes étaient Ivo Pukanic, le propriétaire et ex-rédacteur en chef de l'hebdomadaire croate indépendant Nacional, et le directeur marketing de l'hebdomadaire, Niko Franjic. Le quotidien leur rend hommage et publie leur portrait sur la Une de son site Internet.

«Selon nos informations, l'explosion s'est produite dans la cour du groupe de presse Nacional sur l'avenue Vlaska. Il s'agit le plus probablement d'une bombe posée», sous une voiture, a le journaliste de Nacional Plamenko Cvitic. «Dans cette explosion, la voiture a été complètement détruite et deux hommes ont été tués», a déclaré un responsable de la police croate.

La menace de la mafia locale

Ivo Pukanic s'était fait un nom en publiant en 2003 une interview de l'ex-général croate, Ante Gotovina, alors qu'il était en cavale et recherché par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslave qui l'avait inculpé de crimes de guerre commis durant la guerre serbo-croate.

Ces derniers mois, la capitale croate a été le théâtre de plusieurs assassinats à caractère mafieux qui ont conduit au limogeage des ministres de l'Intérieur et de la Justice.

La démission des deux ministres était intervenue après l'assassinat le 6 octobre de deux balles dans la tête, dans l'escalier de son immeuble du centre-ville, d'Ivana Hodak, 26 ans, fille d'un célèbre avocat local, Zvonimir Hodak. Le meurtre avait été perpétré non loin du principal commissariat de police de Zagreb.

Une défaite du système politique croate

Face à cette recrudescence d'assassinats, la presse croate a dénoncé unanimement, vendredi, l'impuissance des autorités. Jutarnji List, un grand quotidien indépendant écrit «Terrorisme!», en gros caractères en première page et publie un éditorial est intitulé: «Victoire du crime organisé contre l'Etat» ainsi que la vidéo de la voiture après l'explosion.

«L'assassinat de Ivo Pukanic est l'une des plus sérieuses défaites du système politique en Croatie. C'est un événement dont le but est la déstabilisation de l'ensemble de l'Etat», fait valoir le journal.

L'attentat a démontré que «l'Etat croate n'est pas capable de prévenir la violence (...) y compris lorsqu'il s'agissait d'un éditeur en conflit personnel avec des personnes dangereuses», poursuit Jutarnji List.