Italie: Un groupuscule armé ouvertement pro-nazi et antisémite démantelé, 19 interpellations

FAITS DIVERS Les suspects prévoyaient de créer un mouvement politique ouvertement pro-nazi appelé « Parti italien national-socialiste des travailleurs »

20 Minutes avec agences

— 

Illustration d'un drapeau nazi.
Illustration d'un drapeau nazi. — Petros Giannakouris/AP/SIPA

La police italienne a annoncé ce jeudi le démantèlement d’un groupuscule armé composé de 19 personnes disséminées sur tout le territoire national et ouvertement pro-nazi et antisémite, indique un communiqué. Des perquisitions ont eu lieu aux domiciles des suspects, dans toute la péninsule : depuis Bergame au nord jusqu’à la Sicile au sud et la Sardaigne au centre.

Ils voulaient créer un mouvement pro-nazi en Italie

La police a diffusé les photos des objets saisis. On y voit une grande quantité d’armes diverses (pistolets, fusils, couteaux, arbalètes), ainsi que des livres sur Mussolini ou Hitler.

Le point commun de ces 19 personnes était « le même fanatisme idéologique et leur intention était de constituer un mouvement d’inspiration ouvertement pro-nazi, xénophobe et antisémite appelé "Parti italien national-socialiste des travailleurs" », selon la police.

Un ancien légionnaire comme leader

Le groupuscule avait élaboré « sa structure interne et territoriale, créé un symbole et rédigé un programme ouvertement antisémite et négationniste », poursuit le communiqué.

Un de ses principaux dirigeants, responsable de l’entraînement des membres, est un Calabrais, ancien légionnaire avec un lourd casier judiciaire. Il ferait partie de la Ndrangheta, la puissante mafia calabraise, et serait un responsable local en Ligurie (nord-ouest) de Forza Nuova, un petit parti d’extrême droite.

Les extrémistes italiens de droite ont établi des contacts au niveau international aussi, notamment avec « Aryan White Machine – C18 », proche des milieux néonazis anglais de Blood and Honour, précise le communiqué.