Slovaquie: Le Parlement rejette un traité européen protégeant les femmes

POLEMIQUE Les députés ont voté contre le texte affirmant qu’il contrevenait à la définition constitutionnelle du mariage dans le pays, défini comme une union hétérosexuelle

20 Minutes avec AFP

— 

Peter Pellegrini, Premier ministre de la Slovaquie, le 5 novembre 2019 à Prague.
Peter Pellegrini, Premier ministre de la Slovaquie, le 5 novembre 2019 à Prague. — Ondrej Deml/AP/SIPA

Une résolution slovaque, adoptée par 93 voix contre 29 et 13 abstentions, va refroidir les relations avec l’Union européenne. Le parlement du pays a choisi de rejeter jeudi pour la deuxième fois un traité européen protégeant les femmes de la violence. Il a également demandé au gouvernement populiste du pays de s’efforcer de bloquer sa ratification par l’Union européenne.

La Slovaquie dans les pas de la Bulgarie

La Convention d’Istanbul de 2011, premier texte juridiquement contraignant au niveau européen dans ce domaine, a déjà été ratifiée par 34 pays, dont la plupart des membres de l’UE. La Pologne l’a adoptée mais la Bulgarie par exemple l’a rejetée l’an dernier. A l’initiative du Conseil de l’Europe, elle porte « sur la prévention et la lutte contre les violences à l’égard des femmes et la violence domestique ». Les Etats signataires s’engagent à lutter contre les violences faites aux femmes, depuis la violence domestique et les viols conjugaux jusqu’aux mutilations génitales.

Le Parlement slovaque avait rejeté ce texte une première fois en mars dernier, affirmant qu’il contrevenait à la définition constitutionnelle du mariage en Slovaquie, défini comme une union hétérosexuelle. Les députés nationalistes sont donc allés plus loin encore jeudi en mettant au vote une résolution qui demande aussi au gouvernement « d’empêcher » l’Union européenne de mettre en œuvre les dispositions de la convention qui « ne sont pas incluses dans la législation slovaque ».

Un « pas en arrière regrettable »

La secrétaire générale du Conseil de l’Europe Marija Pejcinovic Buric a qualifié cette initiative de « pas en arrière regrettable ». « Les gouvernements européens doivent faire davantage, et non moins, pour mettre fin à la violence envers les femmes », a-t-elle ajouté.

La Convention d’Istanbul ne mentionne pas explicitement le mariage homosexuel mais de nombreux Slovaques y voient une menace contre les structures familiales traditionnelles. Un amendement controversé à la constitution slovaque, introduit en 2014, définit le mariage comme l’union d’un homme et d’une femme.