Irak : Un cortège funéraire de milliers de manifestants défile malgré le couvre-feu

CRISE Les affrontements entre forces de l’ordre et manifestants antigouvernementaux ont fait 22 morts dans la ville

20 Minutes avec AFP

— 

De violents heurts ont eu lieu en Irak, comme ici dans la ville de Najaf, le 27 novembre 2019.
De violents heurts ont eu lieu en Irak, comme ici dans la ville de Najaf, le 27 novembre 2019. — AFP

Des milliers d’Irakiens participent ce jeudi à un immense cortège funéraire dans le centre de Nassiriya, au sud du pays. Malgré l’interdiction de se rassembler imposée par un couvre-feu, ils rendent hommage aux 22 manifestants tués dans des violences qui secouent le pays depuis début octobre.

C’est la tentative des forces de l’ordre de reprendre des ponts occupés par des manifestants antigouvernementaux qui a lancé cet épisode de violences. Face aux tirs ininterrompus, des combattants tribaux se sont déployés, bloquant, armes en main, l’autoroute venant de Bagdad pour, ont-ils indiqué, empêcher l’arrivée de plus de renforts policiers ou militaires.

Lutte contre un système politique « corrompu »

Jeudi est l’une des journées les plus meurtrières depuis le début, le 1er octobre, du premier mouvement spontané en Irak qui réclame la refonte du système politique et le renouvellement total de la classe dirigeante que les manifestants jugent corrompue et affiliée à diverses capitales qui se disputent l’influence en Irak, en tête desquelles Téhéran.

Le Premier ministre irakien Adel Abdel Mahdi a limogé ce jeudi un commandant militaire chargé quelques heures plus tôt de rétablir l’ordre dans la ville, a annoncé la télévision d’Etat. Le gouverneur de Nassiriya avait appelé plus tôt Adel Abdel Mahdi à revenir sur sa décision de nommer un militaire pour « restaurer l’ordre » dans sa ville, menaçant de démissionner si le général Jamil al-Chemmari n’était pas limogé.