Etats-Unis : La police du Massachusetts teste des chiens-robots

ROBOTIQUE Le robot Spot Mini de Boston Dynamics peut être envoyé dans un environnement jugé trop dangereux pour un policier

20 Minutes avec agence

— 

Le robot Spot Mini de Boston Dynamics.
Le robot Spot Mini de Boston Dynamics. — Laura Chiesa/PACIFIC PRES/SIPA

C’est la première fois que des forces de l’ordre utilisent ce modèle ressemblant un chien. La police de l’Etat du Massachusetts (Etats-Unis) a loué un robot Spot Mini qu’elle a mis à contribution dans certaines opérations dangereuses. La machine fabriquée par Boston Dynamics a été testée par l’unité de déminage d’août à novembre, rapporte la radio locale WBUR.

Un porte-parole de la police a indiqué que la machine avait été lancée sur le terrain à au moins deux reprises, en plus des opérations de test. Comme les autres robots utilisés par les forces de l’ordre, Spot Mini est considéré comme « un dispositif mobile d’observation à distance ».

Pas utilisé pour « blesser ou intimider physiquement »

Il permet par exemple d’obtenir les images d’un objet suspect. Il peut aussi repérer des lieux à risques, un individu armé ou même la présence de substances toxiques. « A l’heure actuelle, notre objectif principal est d’envoyer le robot là où vous voulez recueillir des informations dans un environnement trop dangereux pour y envoyer un humain », explique Michael Perry, vice-président du développement chez Boston Dynamics.

Les défenseurs des libertés individuelles s’inquiètent pourtant d’éventuelles dérives. Mais si Spot Mini peut être customisé pour différentes utilisations, il ne peut pas être armé. Le contrat de location de l’engin stipule qu’il ne peut pas être utilisé pour « blesser ou intimider physiquement ». Boston Dynamics assure d’ailleurs louer le robot et ne pas le vendre pour pouvoir le retirer à ses clients en cas d’usage non-contractuel.