Trois parures de diamants d’une « valeur inestimable » volées dans un musée allemand

PERTE Trois parures de diamants du XVIIIe siècle ont été dérobées dans un musée de Dresde

J.-L.D. avec AFP

— 

L'une des salles du musée
L'une des salles du musée — Sebastian Kahnert / dpa / AFP

Trois parures de diamants du XVIIIe siècle, d’une valeur « inestimable », ont été volées ce lundi matin dans un musée de Dresde en Allemagne qui possède une collection de trésors unique en Europe.

Ce lundi à l’aube, au moins deux cambrioleurs sont parvenus à s’introduire dans le musée de « La Voûte verte », qui compte environ 4.000 pièces, pour y dérober trois parures de diamants et rubis, selon la police.

Un vol « choquant » par sa « brutalité »

« Nous sommes choqués par la brutalité de ce vol », a confié la directrice du musée, Marion Ackermann, lors d’une conférence de presse. La directrice a parlé d’un préjudice d’une valeur historique et culturelle « inestimable » et non chiffrable. « Nous ne pouvons pas les réduire à une valeur car elles ne sont pas à vendre », a-t-elle expliqué.

Un autre responsable des musées de la ville a indiqué que les parures dérobées faisaient « partie du patrimoine culturel mondial ». Compte tenu de leur notoriété, les bijoux sont difficilement négociables tels quels sur le marché et les responsables du musée n’excluent pas que les voleurs cherchent à les tailler pour les recycler sous une autre forme. « Ce serait horrible », a dit la directive du musée.

Le roi de Pologne du XVIIIe siècle cambriolé

Un incendie a détruit un transformateur électrique situé à proximité lundi vers 05h00, désactivant ainsi les alarmes du musée et l’éclairage des rues adjacentes. Les enquêteurs tentent d’établir s’il y a un lien entre les deux évènements.

Une caméra de surveillance a continué de fonctionner et a filmé deux hommes. Les voleurs sont entrés par une petite ouverture d’une fenêtre du musée, avant d’accéder aux parures. Ils ont brisé la vitrine avec une hache, a précisé la police. Les alentours du musée ont été totalement bouclés par les policiers et le musée fermé. Les cambrioleurs sont parvenus à s’introduire dans la chambre forte verte d’Auguste le Fort, prince-électeur de Saxe et roi de Pologne au XVIIIe siècle.