République démocratique du Congo : Au moins 29 personnes meurent dans l’écrasement d’un avion

CRASH Le petit avion s’est écrasé sur une zone densément peuplée, ce qui fait craindre un bilan plus lourd encore

20 Minutes avec AFP

— 

Une long panache de fumée se dégage de la carcasse de l'avion écrasé.
Une long panache de fumée se dégage de la carcasse de l'avion écrasé. — PAMELA TULIZO / AFP

Au moins 29 personnes ont été tuées dimanche lors du crash d’un petit avion de ligne qui s’est écrasé au décollage sur un quartier résidentiel de Goma, dans l’est de la République démocratique du Congo. L’avion de la compagnie privée Busy Bee transportait 19 personnes, d’après la compagnie. « Il y avait 17 passagers et 2 membres d’équipage », a précisé Héritier Said Mamadou, chargé des réservations.

Outre les passagers, des habitants de Goma figurent donc sans doute parmi les victimes de la chute de l’avion de type Dornier-228. Les secours ne parvenaient pas à donner un bilan pour les passagers et les habitants. L’appareil s’est écrasé sur une maison du quartier Mapendo/Birere de Goma, à côté de l’aéroport construit près de la frontière avec le Rwanda au milieu de zones densément peuplées, selon des vidéos partagées sur les réseaux sociaux.

Décollage raté

Une vidéo récupérée par l’AFP montre la carlingue de l’avion encore fumante encastrée dans le mur d’une maison, avec des habitants du quartier autour. L’appareil devait assurer une rotation vers Beni et Butembo à 350 km au nord de Goma. Le pilote a « raté son décollage », a rapporté le gouverneur du Nord-Kivu, Carly Nzanzu Kasivita, dans un communiqué. « A priori, c’est un problème technique », a déclaré un technicien de la compagnie sur le lieu du crash, cité par le site d’information actualité.cd.

La Mission des Nations unies au Congo (Monusco) a envoyé deux camions de pompiers en renfort des équipes congolaises. Busy Bee est une compagnie récente qui dispose au total de trois appareils du même type pour desservir les zones enclavées de la province du Nord-Kivu de Beni et Butembo. Depuis Beni, le gouverneur du Nord-Kivu Carly Nzanzu Kasivita a présenté ses condoléances aux familles des victimes.

Le transport par avion est risqué

Le gouverneur séjourne à Beni pour tenter de calmer la colère des habitants après les massacres de civils qui ont fait plus de 60 morts en un mois. Depuis août-septembre 2018, Beni et Butembo sont aussi l’épicentre de l’épidémie d’Ebola qui a tué près de 2.200 personnes.

Même en diminution, les accidents d’avions restent un risque en République démocratique du Congo, plus grand pays d’Afrique subsaharienne (2,3 millions de kilomètres carrés). Le 10 octobre, un Antonov-72 s’est écrasé dans le centre du pays après avoir décollé de Beni. Il transportait des équipes d’appui logistique au président Félix Tshisekedi, qui rentrait le même jour d’un déplacement dans l’est du pays.

Parmi les passagers victimes de l’accident de Goma, figure la coordinatrice d’une association de défense du droit des femmes, Mambo Zawadi.