Iran : Une « guerre mondiale » a été empêchée, affirme une milice

AFFRONTEMENTS Téhéran accuse les Etats-Unis, Israël et l’Arabie saoudite, grand rival régional de l’Iran, d’être à l’origine des troubles qui touchent le pays depuis le 15 novembre

20 Minutes avec AFP

— 

Des manifestations ont éclaté en Iran, le 15 novembre 2019, après l'annonce de l'augmentation du prix de l'essence.
Des manifestations ont éclaté en Iran, le 15 novembre 2019, après l'annonce de l'augmentation du prix de l'essence. — AFP

Pointant la responsabilité des Etats-Unis, d’Israël et de l’Arabie saoudite dans les troubles ayant secoué le pays ces derniers jours, la milice iranienne des Bassidji a affirmé, ce vendredi, qu’une « guerre mondiale » avait été empêchée en Iran.

Des troubles ont éclaté en Iran, le 15 novembre, après l’annonce d’une réforme du mode de subvention de l’essence, censée bénéficier aux ménages les moins favorisés mais s’accompagnant d’une très forte hausse du prix à la pompe. Téhéran a proclamé, ce mercredi, la « victoire » face à un « complot » ourdi à l’étranger.

Les leaders des manifestations arrêtés

Depuis le début de la contestation, Téhéran, estime que la contestation, comme celle en Irak, est téléguidée par des puissances étrangères hostiles à la République islamique :  les Etats-Unis, Israël et l’Arabie saoudite, grand rival régional de l’Iran. L’Iran soutient plusieurs groupes armés en Irak – dont certains sont associés de près ou de loin à la fragile coalition gouvernementale – et a aidé le pouvoir irakien dans sa guerre contre le groupe djihadiste Etat islamique (EI).

Les autorités iraniennes ont indiqué que des leaders des manifestations, au cours desquels des stations-service, des commissariats, des mosquées et des bâtiments publics ont été incendiés ou attaqués, avaient été arrêtés. « Une véritable guerre mondiale contre le système et la révolution a vu le jour et heureusement l’enfant est mort-né », a déclaré le général Salar Abnoosh, un chef adjoint des Bassidji, cité par l’agence de presse semi-officielle Isna tard jeudi.

Une « coalition du mal » à l’origine de la « sédition »

Le général Abnoosh a déclaré que les interrogatoires des personnes interpellées avaient révélé qu’une « coalition du mal » composée de « sionistes, de l’Amérique et de l’Arabie saoudite » était à l’origine de la « sédition ». Il a indiqué par ailleurs que la coupure d’Internet par les autorités, débutée le 16 au soir, avait aidé à « déranger » les plans des ennemis de l’Iran. Selon Isna, l’accès à Internet et la connectivité via l’ADSL ont été partiellement restaurés dans un certain nombre de provinces et pour certaines universités de Téhéran.

Le président américain Donald Trump a accusé jeudi Téhéran d’essayer, en coupant Internet, de cacher aux Iraniens et au monde l'« énorme violence » dans ce pays. Le bureau des droits de l’Homme des Nations unies s’est dit alarmé par les informations selon lesquelles les balles réelles utilisées par les forces de sécurité pour réprimer les troubles avaient causé un « nombre important de morts ».