Les gardiens de prison chargés de surveiller Jeffrey Epstein inculpés à New York

ETATS-UNIS Les deux gardes sont accusés d'avoir laissé sans surveillance le financier accusé de trafic sexuel la nuit de son suicide

P.B. avec AFP

— 

Jeffrey Epstein est mort dans la nuit du 9 au 10 août 2019.
Jeffrey Epstein est mort dans la nuit du 9 au 10 août 2019. — /AP/SIPA

Ils étaient censés effectuer des rondes régulières. Mais entre 22h30 et 6h30, les deux gardiens de prison chargés de surveiller Jeffrey Epstein sont restés à leur bureau, trouvant le corps sans vie du financier accusé de trafic sexuel de mineures au petit matin. Mardi, le procureur de Manhattan a annoncé leur inculpation pour avoir falsifié les registres de l’établissement afin de faire croire qu’ils avaient rempli leur tâche. L’acte d’inculpation précise toutefois qu’aucun élément ne remet en cause la thèse du suicide retenue par le médecin légiste.

« Ils sont restés à leur bureau, ont surfé sur le Net, et se sont promenés dans les parties communes de leur unité », a affirmé le procureur, cité dans un communiqué. « Pour dissimuler leurs manquements, (Tova) Noel et (Michael) Thomas ont signé de faux certificats attestant avoir fait plusieurs rondes de comptage des prisonniers, ce qui n’était pas le cas », a encore accusé le procureur. Selon le New York Times, ils auraient également fait la sieste.

Personne n’est entré dans la cellule d’Epstein

L’autopsie a conclu que le financier de 66 ans s’était suicidé par pendaison, même si un expert mandaté par le frère de Jeffrey Epstein a récemment contesté cette conclusion, estimant que les éléments, dont des fractures de plusieurs os du cou, témoignaient « davantage d’un homicide que d’un suicide ».

Quelques jours après le drame, le ministre américain de la Justice William Barr avait déploré de « graves » dysfonctionnements dans cette prison réputée particulièrement sûre. Le directeur de l’établissement, le Metropolitan Correctional Center, avait été muté et les deux gardiens suspendus. Mais l’acte d’inculpation souligne que rien ne permet de remettre en cause la thèse du suicide : seuls les gardiens avaient accès à sa cellule, et selon les images des caméras de vidéosurveillance, personne d’autre n’y est entré cette nuit-là.