Donald Trump lors d'une cérémonie à New York, le 11 novembre 2019.
Donald Trump lors d'une cérémonie à New York, le 11 novembre 2019. — Seth Wenig/AP/SIPA

ETATS-UNIS

Etats-Unis : Le médecin de Donald Trump écarte toute « spéculation » sur une douleur à la poitrine

Une visite médicale ce week-end, « de routine » selon le médecin, intrigue la presse américaine

Le médecin de Donald Trump a annoncé que le président américain, contrairement à certaines informations, n’avait souffert d’aucune douleur à la poitrine, dans un rapport publié lundi à la suite d’une visite médicale « de routine ».

« En dépit de certaines spéculations, le président n’a pas ressenti de douleur à la poitrine, et n’a été ni diagnostiqué ni traité pour des problèmes urgents ou aigus », a indiqué le médecin, Sean Conley, dans un communiqué publié par la Maison Blanche.

« En dépit de certaines spéculations, le président n’a pas ressenti de douleur à la poitrine, et n’a été ni diagnostiqué ni traité pour des problèmes urgents ou aigus », a-t-il ajouté. « Particulièrement, il n’a subi aucun examen cardiaque spécifique ni aucune évaluation neurologique ».

« Toujours en bonne santé et énergique »

Le président américain s’est rendu samedi au centre médical militaire Walter Reed près de Washington, une visite enveloppée de mystère, au sujet de laquelle la Maison Blanche a d’abord évité les questions de la presse, rapporte le Washington Post.

Dimanche, la porte-parole de l’exécutif américain Stephanie Grisham a déclaré dans un communiqué que le président était « toujours en bonne santé et énergique » et qu’il avait profité d’un week-end libre pour « commencer ses examens physiques annuels ».

Des rumeurs voulaient que l’examen médical subi par Donald Trump ait été imprévu et déclenché par des douleurs à la poitrine, qui peuvent être le signe de problèmes cardiaques notamment. « En raison d’incertitudes d’agenda, l’information sur sa visite avait été gardée confidentielle », poursuit le Dr Conley dans le communiqué où sont également donnés des détails sur le taux de cholestérol du président américain.