Chili : Des manifestants ont-ils fait tomber un drone avec des lasers ?

FAKE OFF La séquence est devenue virale. Des experts consultés par « 20 Minutes » s'interrogent sur une telle possibilité

Mathilde Cousin

— 

Cette vidéo, tournée au Chili, a été vue plus de 250.000 fois en trois jours.
Cette vidéo, tournée au Chili, a été vue plus de 250.000 fois en trois jours. — Capture d'écran Twitter
  • Des manifestants ont été filmés au Chili pointant des lasers en direction d’un drone.
  • Après avoir modifié sa trajectoire, le drone chute en direction du sol, sous les cris de la foule.
  • Les lasers ont-ils fait chuter l’engin ? 20 Minutes a interrogé des spécialistes.

Le laser, nouvelle arme des manifestants dans le monde ? A Hong Kong, la lumière verte a été utilisée contre les policiers, pour signaler leur présence ou les empêcher d’identifier des opposants. L’outil est dorénavant utilisé au Chili, pays traversé par une importante crise depuis un peu plus d’un mois.

Sur place, des manifestants ont pointé des lasers vers un drone. L’appareil a ensuite chuté, sous les vivas des manifestants. L’action a été filmée. La vidéo, diffusée le 13 novembre par le média Piensa prensa, qui se définit comme « autogéré », a été vue plus de 257.000 fois et reprise par d’autres comptes, sur Facebook notamment. Voici « le moment où les manifestants font tomber un drone avec une " attaque " de lumière laser, sur la Plaza Italia », précise le média.

FAKE OFF

La vidéo a bien été tournée place Banqueado, également appelée plaza Italia, à Providencia, une ville de la banlieue de Santiago, la capitale du pays. La tour, visible en arrière-plan, appartient à l’entreprise Movistar. Elle se trouve juste derrière la place, comme on le voit sur Google Maps. La place est devenue un lieu de rassemblement des manifestants. Des milliers de personnes s’y sont rassemblées vendredi, indique le site Cooperativa.

Le drone est-il tombé sous l’action des lasers des manifestants, comme l’avance Piensa prensa ? Les experts consultés par 20 Minutes sont sceptiques. « Les lasers utilisés pour faire tomber des drones, ce sont plutôt de  gros lasers qui sont testés par les Américains », explique un consultant, qui veut rester anonyme.

« Suivre un drone avec un laser, c’est particulièrement difficile, avance Alain Dubat, directeur de la société Eurodrone et expert en la matière auprès de la Préfecture de police de Paris. Si le drone est tombé, c’est probablement parce que le pilote a fait une erreur. » Celui-ci a-t-il pu être aveuglé ou gêné par les rayons ? Les pilotes utilisent généralement une caméra embarquée pour s’orienter. « Si on mettait un laser sur un objectif de la caméra, vous verriez un point, mais cela ne vous gênerait pas », ajoute Alain Dubat. De plus, si le pilote est amené à lâcher les commandes, le drone doit normalement rester en dérive à une hauteur fixe.

A qui appartient ce drone ? Plusieurs internautes y ont vu un engin de la police. La police chilienne utilise bien des drones pour surveiller les foules. Or, la vidéo étant tournée de nuit, il est difficile de déterminer si le drone est en question est le même modèle que celui utilisé par les forces de l’ordre.

Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info, une photo ou une vidéo ? Remplissez le formulaire ci-dessous ou écrivez-nous sur Twitter :  https://twitter.com/20minFakeOff

 

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les  fausses nouvelles. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.