Etats-Unis : Un évêque enquêtait sur des cas d’abus sexuels, il est lui aussi accusé

PEDOPHILIE DANS L'EGLISE Désigné par le pape, celui qui officiait à Brooklyn a été à son tour mis en cause par un fidèle, qui a porté plainte

20 Minutes avec Agence

— 

Nicholas DiMarzio au côté du pape François, en 2015
Nicholas DiMarzio au côté du pape François, en 2015 — Craig Ruttle/AP/SIPA

En octobre 2019, un évêque du diocèse de Brooklyn, Nicholas DiMarzio, a été désigné par le pape François pour enquêter sur des cas d' abus sexuels dans celui de Buffalo, dans l’État de New York ( États-Unis). Ses investigations devaient permettre de faire toute la lumière sur plusieurs agressions sexuelles présumées, dénoncées par des fidèles.

Richard Malone, l’évêque du diocèse de Buffalo, est soupçonné d’avoir ignoré ces accusations, malgré la mise en cause de plus de 150 membres du clergé. Dans le cadre de son enquête, Nicholas DiMarzio s’est rendu dans cette ville à plusieurs reprises pour y interroger des prêtres et remettre ses conclusions au Vatican. Mais contre toute attente, l’enquêteur a lui-même été mis en cause par un fidèle, rapporte le New York Daily News qui a été relayé par Slate.

Une enquête sur l’enquêteur

Mark Matzer, 56 ans, accuse l’évêque de Brooklyn d’avoir abusé de lui à l’âge de 11 ans. Il a déposé plainte. « Il est temps pour la police d’enquêter sur l’enquêteur », a déclaré son avocat Mitchell Garabedian, célèbre pour avoir défendu des centaines de victimes d’agressions sexuelles par des prêtres. « L’enquête devrait inclure un interrogatoire du pape François sur la nomination de cet évêque (…) La vérité triomphera du mal », a-t-il ajouté.

Aux États-Unis, on assiste à un grand nombre de procès pour abus sexuels impliquant des membres de l’Église catholique. Ces procès sont très coûteux pour la communauté, à tel point que certains lobbyistes militent pour la réduction des délais de prescription pénale.