Le yéti repéré par des Japonais

LEGENDE Ils ont trouvé des traces de pas de l'animal mythique dans l'Himalaya...

Avec agence

— 

Empreinte supposée du yéti (G) découverte par des Japonais au Dhaulagiri et comparée à une empreinte de pied humain, le 20 octobre 2008.
Empreinte supposée du yéti (G) découverte par des Japonais au Dhaulagiri et comparée à une empreinte de pied humain, le 20 octobre 2008. — AFP

Le yéti fait son come-back. Une équipe d'aventuriers japonais a affirmé ce lundi avoir découvert ses empreintes de pas dans les montagnes de l'Himalaya entre le Népal et le Tibet.

Le chef du programme «Yéti» au Japon rapporte que «les empreintes mesuraient environ 20 centimètres de long et ressemblaient à celles d'un être humain». Yoshiteru Takahashi et sept de ses confrères reviennent d'une mission d'observation de la bête mythique.

Une mission aguerrie et convaincue

«Nous nous rendons dans l'Himalaya depuis des années et nous sommes capables de reconnaître des empreintes d'ours, de daim, de loup ou de léopard des neiges et ce que nous avons vu n'était rien de toute cela», a assuré le chef de la mission.

Malheureusement, après 42 jours passés sur le Dhaulagiri IV à 7.661 mètres d'altitude, ils n'ont pas réussi à filmer l'animal légendaire, leur objectif initial. Pas de quoi décourager les Japonais, qui restent «convaincus qu'il existe». «Grâce aux empreintes et aux histoires que les habitants nous racontent, nous sommes sûrs que ce n'est pas de l'imagination», assurent-il

Le mythe a la peau dure

Sans doute attendent-ils avec impatience les résultats des tests ADN pratiqués à Oxford sur des poils attribués au yéti. Un journaliste de la BBC les avait remis, en juillet dernier, à des scientifiques après les avoir rapportés d'Inde.

La légende n'est donc pas morte avec les conclusions de l'alpiniste Reinhold Messner. Celui-ci qui affirmait en 1998, dans son livre «Ma quête du yéti», que la bête était un ours brun de l'Himalaya nourri de l'imaginaire collectif.