Bolivie: Evo Morales annonce la convocation de nouvelles élections

REVOLTE Le scrutin du 20 octobre a abouti à la réélection à la présidence du leader indigène de gauche, au pouvoir depuis 2006. Mais l'opposition ne reconnaît pas cette élection et une vague de contestation a éclaté dès le lendemain du scrutin

20 Minutes avec AFP

— 

Evo Morales, président bolivien, a annoncé la convocation de nouvelles élections après le scrutin contesté du 20 octobre.
Evo Morales, président bolivien, a annoncé la convocation de nouvelles élections après le scrutin contesté du 20 octobre. — Freddy ZARCO / Bolivian Presidency / AFP

Le président Evo Morales a annoncé dimanche qu'il convoquerait de nouvelles élections en Bolivie, où la contestation du scrutin du 20 octobre n'a cessé de prendre de l'ampleur.

«J'ai décidé de renouveler l'ensemble des membres du Tribunal électoral suprême», a déclaré le président Morales lors d'une intervention télévisée, en annonçant qu'il «convoquerait de nouvelles élections qui permettront, en votant, au peuple bolivien d'élire démocratiquement de nouvelles autorités».

Un scrutin entaché de fraude?

Outre l'élection de nouveaux parlementaires, le scrutin du 20 octobre a abouti à la réélection à la présidence du leader indigène de gauche, au pouvoir depuis 2006, pour un quatrième mandat jusqu'en 2025.

Mais l'opposition ne reconnaît pas cette élection, qu'elle estime entachée de fraude et réclame sa démission. La vague de contestation qui a éclaté dès le lendemain du scrutin a fait trois morts et 200 blessés.

Echec de l'appel au dialogue

Samedi déjà , Evo Morales a lancé samedi un appel au dialogue aussitôt rejeté par l'opposition, et des incidents se sont poursuivis dans la nuit dans une Bolivie sous haute tension, avec des mutineries d'unités policières et l'occupation de médias d'Etat par des manifestants.

Dans la soirée, des incidents avaient toujours lieu à El Alto, ville collée à La Paz et considérée comme un bastion d'Evo Morales, selon des médias locaux.