Etats-Unis : le milliardaire Michael Bloomberg de plus en plus proche de la course à la Maison Blanche

STARTING-BLOCK L’ancien maire de New York est candidat à la primaire démocrate dans l’Alabama

20 Minutes avec AFP

— 

Michael Bloomberg le 26 février 2019 à Las Vegas. (AP Photo/John Locher)
Michael Bloomberg le 26 février 2019 à Las Vegas. (AP Photo/John Locher) — John Locher/AP/SIPA

Va-t-il jouer les trouble-fêtes dans la reconquête du pouvoir que tentent d’organiser les démocrates ? L’ancien maire de New YorkMichael Bloomberg s’est rapproché encore un peu plus, ce vendredi, d’une candidature à la Maison Blanche. S’il n’a pas officiellement annoncé qu’il se lançait dans la course pour la présidentielle de 2020 – il a simplement indiqué qu’il y réfléchissait –, le milliardaire, fondateur de l’agence d’informations financières portant son nom, s’est en revanche porté candidat à la primaire démocrate dans l’Alabama. Un moyen pour lui d’avancer (relativement) masqué et de garder toutes les options ouvertes.

De là à inquiéter Joe Biden, favori parmi les démocrates ? « Il est le bienvenu. Michael est un type bien », a réagi l’ancien vice-président depuis Concord, dans le New Hampshire, où il venait de déposer sa candidature officielle pour la primaire. Une confiance qui semble de façade, car si elle était confirmée, la présence de Bloomberg dans la course serait problématique pour l’ex-bras droit de Barak Obama, en perte de vitesse. « J’étais bien en avance dans les derniers sondages que j’ai regardés », aussi « bien face à Trump » que face aux nombreux candidats à l’investiture démocrate, a tout de même martelé Biden.

« Le petit Michael échouera »

Donald Trump, justement, y est allé de son commentaire concernant la possible entrée en lice de Michael Bloomberg : « Le petit Michael échouera », a attaqué le président américain, en référence à la taille du milliardaire, environ 1,70 m. « Je pense qu’il va en fait nuire à Biden », a ajouté le républicain.

Bloomberg, 77 ans, avait annoncé en mars dernier qu’il renonçait à se présenter pour ne pas saper les chances de Biden. Mais il « craint de plus en plus que le groupe actuel de candidats ne soit pas en bonne position pour y arriver », indique Howard Wolfson, son conseiller, pour expliquer ce possible revirement. S’il avait déjà, par le passé, laissé entendre qu’il pourrait briguer le Bureau ovale, le milliardaire ne s’était jamais lancé pour de bon. Il pourrait en tout cas compter sur un budget quasiment no limit. Sa fortune est en effet estimée à plus de 50 milliards de dollars, selon Forbes, et il serait prêt « à dépenser ce qu’il faudra pour battre Donald Trump », indique le site politique Axios.

Du monde devant

Bloomberg ou pas, Joe Biden reste le favori parmi les 17 candidats en lice pour la primaire démocrate. Derrière, la sénatrice progressiste Elizabeth Warren  gagne du terrain semaine après semaine. Elle est suivie dans les sondages par le sénateur indépendant Bernie Sanders. Puis, en quatrième place, par le centriste Pete Buttigieg. Maire de New York pendant douze ans, Michael Bloomberg est aujourd’hui très actif dans la lutte contre le changement climatique. Mais il s’est par le passé revendiqué indépendant et républicain, et pourrait donc avoir du mal à rallier les suffrages des électeurs progressistes.