Marée noire au Brésil : « Bouboulina », le pétrolier grec « suspect » va fournir les documents requis

ENQUETE La date butoir pour envoyer les documents au ministère grec avant que celui-ci les renvoie à Rio est le 13 novembre

20 Minutes avec AFP

— 

Un volontaire ramasse les galettes d'hydrocarbures sur la plage, le 3 novembre 2019.
Un volontaire ramasse les galettes d'hydrocarbures sur la plage, le 3 novembre 2019. — MATEUS MORBECK / AFP

Le pétrolier grec « Bouboulina » a accepté de fournir ses informations de navigation à la justice brésilienne. Le navire est le « principal suspect », selon Rio, de la gigantesque marée noire au large du Brésil.

Une lettre des autorités brésiliennes envoyée au ministère grec de la Marine marchande, a réclamé à quatre sociétés maritimes grecques, dont Delta Tankers, de fournir des documents pour contribuer aux recherches effectuées à Rio sur cette énorme marée noire, selon la société de communication de Delta tankers, propriétaire du « Bouboulina ».

2.000 km de côtes souillées

Les autres sociétés grecques concernées, propriétaires également des pétroliers qui naviguaient pendant cette période au large du Brésil, sont la Marani, – gérante des pétroliers « Maran Apollo » et « Maran Libra » –, l’Euromav – propriétaire du « Cap Pembroke » – et la « Minerva » – propriétaire du « Minerva Alexandra ». La date butoir pour envoyer les documents au ministère grec avant que celui-ci les renvoie à Rio est le 13 novembre, selon une source proche du dossier.

Alors que l’origine de la pollution aux hydrocarbures, qui se serait produite fin juillet et a souillé plus de 2.000 km de côtes du nord-est du pays restait mystérieuse depuis des semaines, les autorités brésiliennes ont affirmé le 1er novembre avoir identifié grâce à des données satellitaires le Bouboulina comme « principal suspect » de cette pollution.

Des caméras de surveillance

Mais Delta Tankers a nié « toute responsabilité » dans cette catastrophe environnementale. Il a estimé qu’il n’y avait de « preuve » de fuite sur le tanker, qui avait appareillé le 19 juillet du Venezuela avant d’arriver « directement » à sa destination le port malaisien de Melaka, le 4 septembre. Une enquête « complète » effectuée par Delta tankers « du matériel provenant des caméras, données et d’enregistrements » montre qu’il n’y a « aucune preuve de fuite, de transfert de navire à navire (STS), de déversement, de perte (de la cargaison) ou de retard du "Bouboulina" », a indiqué samedi la société de communication de Delta Tankers.

C’est le 30 août que le pétrole a commencé à apparaître sur les côtes brésiliennes, progressant ensuite vers le sud, jusque dans l’Etat de Bahia. Les autorités brésiliennes en examinant les images satellitaires, ont identifié le 29 juillet l’origine du déversement de pétrole, à plus de 700 km des côtes de l’Etat nordestin de Paraiba. Malgré des recherches, Rio ignore toujours si l’origine de cette marée noire « à caractère inédit » est accidentelle ou criminelle.