Nucléaire iranien : Téhéran a retiré l’accréditation d’une inspectrice de l’AIEA

REACTION La semaine dernière, une inspectrice de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) « a déclenché une alarme », à l’entrée de l’usine d’enrichissement d’uranium de Natanz, suscitant l’inquiétude qu’elle puisse porter sur elle « un produit suspect »

20 Minutes avec AFP

— 

Hassan Rohani, le 27 août 2019 à Téhéran.
Hassan Rohani, le 27 août 2019 à Téhéran. — Iranian Presidency / AFP

Après un incident « la semaine dernière » lors d’un « contrôle » à l’entrée de l’usine d’enrichissement d’uranium de Natanz, dans le centre de l’Iran, Téhéran a retiré, ce jeudi, l’accréditation d’une inspectrice onusienne, selon un communiqué officiel.

Lors de ce contrôle, cette inspectrice de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) « a déclenché une alarme », suscitant l’inquiétude qu’elle puisse porter sur elle « un produit suspect », indique  l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA)​ dans un communiqué publié ce jeudi.

Une séance spéciale consacrée à l’Iran

En conséquence, l’entrée de l’inspectrice sur le site « a été interdite », ajoute le communiqué, sans dire si un produit suspect a effectivement été trouvé sur elle. L’OIEA indique avoir notifié l’incident à l’AIEA et avoir indiqué à l’Agence que « l’accréditation (de l’inspectrice) avait été retirée ». Cette dernière « a quitté l’Iran pour Vienne », siège de l’Agence, poursuit le communiqué iranien, sans préciser la nationalité de l’inspectrice ni la date de son départ.

L’OIEA précise en revanche que « le représentant iranien auprès de l’Agence présentera un rapport complet à ce sujet » jeudi à Vienne. Selon une source proche de l’AIEA, les 35 membres du conseil des gouverneurs de l’Agence doivent se réunir jeudi matin pour une séance spéciale consacrée à l’Iran. La question de l’incident survenu à Natanz et du retrait de l’accréditation de l’inspectrice est au menu de, a-t-on indiqué de même source.

Les activités d’enrichissement d’uranium à Fordo relancées

Selon cette source, cette réunion avait été convoquée avant l’annonce officielle de cette nouvelle par l’Iran et celle, la veille, de la relance des activités d’enrichissement d’uranium à Fordo (environ 180 km au sud de Téhéran). L’Iran a repris effectivement jeudi ces activités dans l’usine, souterraine, de Fordo, dans le cadre de son plan de réduction de ses engagements internationaux en matière de nucléaire.

Ce plan a été lancé en mai en riposte à la dénonciation unilatérale par Washington, en mai 2018, de l’accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015. En vertu de cet accord, la République islamique est soumise au régime d’inspection le plus strict jamais mis sur pied par l’AIEA afin de s’assurer de la nature exclusivement civile du programme nucléaire iranien.