Chine : Les autorités demandent aux sites marchands de ne plus vendre de cigarettes électroniques

SANTE Deux géants du secteur en Chine ont déjà fait savoir qu’ils ont l’intention de se plier à la demande des autorités 

20 Minutes avec agence

— 

Les autorités chinoises veulent s'attaquer à la vente en ligne de cigarette électronique (illustration).
Les autorités chinoises veulent s'attaquer à la vente en ligne de cigarette électronique (illustration). — LOISON VINCENT/SIPA

Les autorités chinoises en charge des produits du tabac ont publié ce vendredi un communiqué demandant aux sites marchands de ne plus commercialiser de cigarettes électroniques. L’objectif est de « renforcer encore plus la protection de la santé physique et mentale des mineurs », indique le message relayé par Reutersvendredi.

Cette mesure s’adresse aux « producteurs et vendeurs en gros et au détail d’e-cigarettes ». Il est demandé à ces plateformes numériques de « fermer temporairement les boutiques en ligne ». En Chine, le secteur des vapoteuses ne fait l’objet d’aucune réglementation à l’échelle nationale.

Un marché de 300 millions de fumeurs

Deux des entreprises leaders de cette industrie ont l’intention de se plier aux exigences des autorités. SnowPlus s’est en effet exprimé dans ce sens auprès de Reuters tandis que RELX Technology l’a indiqué dans un communiqué. Les sites marchands Alibaba et JD.com, qui avaient brièvement proposé des produits du fabriquant américain d’e-cigarettes Juul n’ont pas encore fait de commentaire officiel.

Avec 300 millions de fumeurs, la Chine est le plus grand marché du monde pour les produits du tabac et, potentiellement, pour les cigarettes électroniques. La directive des autorités du pays intervient alors que l’Inde et plusieurs Etats américains ont suspendu la vente des e-cigarettes.