Allemagne : Un syndicat lance un nouvel appel à la grève jeudi et vendredi chez Lufthansa

MOUVEMENT SOCIAL Cette grève devrait concerner « tous les vols » au départ de l’Allemagne, a déclaré UFO, le syndicat du personnel de cabine

20 Minutes avec AFP

— 

Un avion de la Lufthansa sur le tarmac de Francfort en Allemagne.
Un avion de la Lufthansa sur le tarmac de Francfort en Allemagne. — Daniel ROLAND / AFP

Des perturbations sont à prévoir sur les lignes aériennes en Allemagne. Ce lundi, UFO, le syndicat du personnel de cabine de la compagnie aérienne  Lufthansa, a appelé à une grève de 48 heures jeudi et vendredi.

La grève doit débuter à 23 heures mercredi et s’achever à 23 heures vendredi, annonce le syndicat. Elle « concernera tous les vols » au départ d’aéroports allemands, a précisé UFO, dont la légitimité à représenter les salariés est cependant contestée devant la justice par la compagnie aérienne. UFO fait cette annonce en raison « du refus persistant de Lufthansa de négocier » sur ses revendications, explique le syndicat dans un communiqué.

Une grève « fermement condamnée » par la compagnie

Dimanche 20 octobre, UFO avait déjà organisé une grève dans quatre filiales du groupe Lufthansa, entraînant une centaine de suppressions de vols. Mais la compagnie principale n’était pas visée. « L’ensemble du groupe sera concerné par cette nouvelle vague d’actions », indique UFO. Il précise que « d’autres annonces sont possibles à tout moment », laissant entendre qu’il pourrait appeler à la grève également dans des filiales. Lufthansa a « fermement condamné » l’appel à la grève et a annoncé sur Twitter « envisager une possible action en justice ». « Nous travaillons à la mise en place d’un plan de vols spécial », a expliqué le groupe.

En octobre, un porte-parole avait déclaré que le groupe considérait comme « illégaux » des appels à la grève venant de ce syndicat. La compagnie remet en effet en question le « statut en tant que syndicat » d’UFO, qui a perdu une partie de ses membres sur fond de conflit permanent à sa tête. Un tribunal allemand doit examiner la question en avril.