L’indépendance de l’Ecosse est « à portée de main », estime la Première ministre écossaise

AVENIR Galvanisée par le Brexit, Nicola Sturgeon veut organiser un référendum en 2020

M.P. avec AFP

— 

La Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, devant des milliers de manifestants rassemblés à Glasgow samedi 2 novembre 2019 pour exiger un nouveau référendum sur l'indépendance de l'Ecosse.
La Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, devant des milliers de manifestants rassemblés à Glasgow samedi 2 novembre 2019 pour exiger un nouveau référendum sur l'indépendance de l'Ecosse. — Andrew MacColl/REX/SIPA

« Les élections législatives que nous avons le 12 décembre sont les élections les plus importantes de notre époque pour l’Ecosse. L’avenir de notre pays est en jeu », a déclaré la Première ministre écossaise. Devant des milliers de manifestants rassemblés à Glasgow samedi pour exiger un nouveau référendum sur ce sujet, Nicola Sturgeon a martelé que l’indépendance de l’Ecosse est à « portée de main ».

Appelant les électeurs à se mobiliser en votant pour son parti lors du prochain scrutin, Nicola Sturgeon veut organiser un référendum sur l’indépendance en 2020, estimant que le Brexit a changé la donne depuis la victoire du « non », à 55 %, à un départ de l’Ecosse du Royaume-Uni lors d’un précédent référendum en 2014.

Demander le feu vert du gouvernement britannique d’ici à Noël

Ce scrutin « doit se produire l’an prochain et nous nous préparons », a déclaré le mois dernier au congrès du parti indépendantiste SNP, à Aberdeen, celle qui compte demander le feu vert du gouvernement britannique d’ici à Noël. Reste que Downing Street est opposé à une nouvelle consultation populaire, estimant que les Ecossais ont déjà été consultés il y a cinq ans et qu’il s’agissait d’un « événement unique, organisé une fois par génération ».

Toutefois le Brexit est intervenu entre-temps… En 2014, l’un des arguments en faveur du maintien de l’Ecosse dans le Royaume-Uni était que, en cas de scission, cette nation perdrait les avantages de l’appartenance à l’Union européenne. Et deux ans plus tard, au référendum de juin 2016 sur le Brexit, 62 % des Ecossais se sont opposés au départ du Royaume-Uni de l’Union européenne. Les élections législatives approchant, Nicola Sturgeon tente de galvaniser ses troupes.

Le rassemblement pro-indépendance de samedi était le premier auquel elle a participé depuis la campagne du référendum de 2014. La cheffe du SNP espère aussi qu’en cas de victoire électorale du Labour, principal parti d’opposition au Royaume-Uni, le nouveau Premier ministre soutienne son projet de second référendum. Mais le chef du Labour, Jeremy Corbyn, a douché ses espoirs, en déclarant qu’une nouvelle consultation populaire n’était « ni nécessaire ni souhaitable ».