Le bénéfice de Boeing divisé par deux, le 737 MAX toujours attendu en 2019

AVIATION L'entreprise américaine reste optimiste malgré l'absence de consensus des autorités aériennes mondiales

20 Minutes avec AFP

— 

Un avion 737 Max de Boeing (illustration).
Un avion 737 Max de Boeing (illustration). — BOEING

Boeing fait le dos rond. L’avionneur américain a annoncé mercredi un bénéfice divisé par eux au troisième trimestre, en raison des déboires du 737 MAX, cloué au sol depuis mi-mars après deux accidents rapprochés ayant fait 346 morts, dont il prévoit toujours le retour en service d’ici la fin de l’année. Lundi, Boeing a été accusé d’avoir caché des documents cruciaux à la FAA (le régulateur aérien américain).

« L’entreprise anticipe que le feu vert réglementaire pour un retour en service du 737 MAX débute au quatrième trimestre 2019 et va (par conséquent) augmenter graduellement la production du 737 de 42 unités par mois (actuellement) à 57 d’ici fin 2020 », affirme le constructeur aéronautique, dans un communiqué, même s’il prévient que le calendrier sera déterminé par les régulateurs.

Un retour au 4e trimestre ?

« Notre priorité est le retour en service en toute sécurité du 737 MAX, et nous faisons des progrès continus », a déclaré Dennis Muilenburg, le directeur général, qui a perdu récemment ses fonctions de président du Conseil d’administration.

L’optimisme de Boeing tranche avec celui des compagnies aériennes, qui ont annulé des vols prévus sur le 737 MAX jusqu’à début 2020 invoquant des dissensions entre les autorités de l’aviation civile mondiale. En attendant, la crise du 737 MAX, une des plus graves dans les 103 ans d’existence de Boeing, continue de se ressentir dans les résultats.

Le bénéfice net a été divisé par deux (-50,6 %) à 1,17 milliard de dollars au troisième trimestre, ce qui s’est traduit par un bénéfice par action ajusté, référence en Amérique du Nord, de 1,45 dollar, nettement inférieur aux 2,09 dollars escomptés en moyenne par les analystes financiers.

Plombé par une chute de 67 % des livraisons d’avions commerciaux, le chiffre d’affaires a plongé de 20,5 % à 19,98 milliards de dollars.

Une facture de plus de 9 milliards de dollars

Si Boeing n’a pas inscrit de charges dans les comptes, il a indiqué que les coûts liés au 737 MAX, dont il a suspendu les livraisons, avaient augmenté de 900 millions de dollars durant le trimestre.

La facture totale s’élève désormais à 9,3 milliards de dollars entre les perturbations causés par l’immobilisation au sol de l’avion et les différentes indemnités que Boeing va verser aux compagnies aériennes. Elle ne comprend, en revanche, ni les possibles indemnisations des familles des victimes, qui ont déjà porté plainte, ni les possibles amendes des autorités américaines, qui enquêtent sur le développement du 737 MAX. La trésorerie est passée dans le rouge, affichant un déficit de 2,89 milliards de dollars.