Grèce : Un enfant tué dans la collision d’un bateau de migrants avec les garde-côtes

DRAME Un homme est toujours porté disparu et six autres personnes ont été blessées et hospitalisées, dont une femme enceinte et deux grièvement touchées

20 Minutes avec AFP

— 

Des migrants afghans en Grèce en août 2018.
Des migrants afghans en Grèce en août 2018. — Aris MESSINIS / AFP

Un garçon de trois ans a été tué, ce mercredi, lors de la collision entre un bateau de migrants et un navire des garde-côtes grecs, au large de l’île de Kos en mer Egée, ont annoncé les gardes-côtes.

Un homme est toujours porté disparu et six autres personnes ont été blessées et hospitalisées, dont une femme enceinte et deux grièvement touchées.

Les projecteurs du navire des gardes-côtes étaient-ils allumés ?

La collision s’est produite alors qu'« il faisait encore nuit noire » lors d’une patrouille de la police portuaire, ont précisé les autorités dans un communiqué, ajoutant que le bateau de migrants transportait au total 34 personnes et n’avait pas de lumières allumées.

Les bateaux des garde-côtes qui effectuent des patrouilles en Egée utilisent d’habitude de puissants projecteurs. Les autorités n’ont toutefois pas précisé si les projecteurs du patrouilleur en question étaient allumés. Des centaines de personnes se noient en Méditerranée chaque année en tentant de passer en Europe depuis l’Asie, le Moyen-Orient ou l’Afrique.

Les patrouilles renforcées pour dissuader les bateaux de migrants

Pendant les sept premiers mois de 2019, le nombre des morts s’y est élevé à 859 personnes, dont 57 en Méditerranée orientale (Grèce et Chypre), selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). La Grèce est redevenue cette année la principale porte d’entrée des migrants en Europe, avec un flux accru venant des côtes proches turques.

Pour y parer, le gouvernement du Premier ministre Kyriakos Mitsotakis, au pouvoir depuis juillet, a décidé de renforcer les patrouilles pour dissuader les bateaux de migrants et de durcir la législation sur l’octroi d’asile. Le Premier ministre conservateur a affirmé dans un discours la semaine dernière que « des vagues de réfugiés et migrants économiques assiègent à présent les pays européens ». Il a aussi annoncé le renvoi en Turquie de 10.000 personnes dont la demande d’asile a été rejetée.