Orages en Italie : Un mort dans l’effondrement d’un pont

INTEMPERIES Le nord du pays a été frappé par des inondations majeures, mardi

20 Minutes avec AFP

— 

Une route s'est effondrée dans le nord de l'Italie à Capriata d'Orba, le 22 octobre 2019 après de violents orages.
Une route s'est effondrée dans le nord de l'Italie à Capriata d'Orba, le 22 octobre 2019 après de violents orages. — Dino Ferretti/AP/SIPA

Un chauffeur de taxi est mort noyé en Italie durant de violents orages qui ont provoqué des inondations et détruit un pont dans le nord de l’Italie, ont indiqué mardi les pompiers. Le taxi a été emporté dans la ville de Capriata d’Orba, dans le Piémont (nord-ouest) à l’endroit où un pont s’est également écroulé. Un passager a réussi à s’extirper du taxi et a survécu en s’accrochant à un arbre, selon les médias italiens.

Une centaine de personnes ont été évacuées de leurs maisons lundi en Ligurie (nord-est), tandis que les pompiers ont dénombré 900 opérations de secours entre Gênes et Milan, où des routes et des voies ferrées ont été inondées et où le trafic a été ponctuellement suspendu.

Crue de 3,5 mètres du Pô

Le niveau du fleuve Pô, qui traverse l’Italie d’ouest en est et dont la plaine est exploitée par l’agriculture et l’élevage, a grimpé de 3,5 mètres en vingt-quatre heures, a signalé pour sa part Coldiretti, principale association agricole italienne.

Selon Coldiretti, « sous l’effet des changements climatiques », l’Italie a subi « plus de trois tempêtes par jour depuis le début de l’automne avec des inondations, des rafales de vent et de la grêle, avec une fréquence de 18 % supérieure à la même période de l’an passé ». La nouvelle perturbation a touché « les régions les plus fragiles de la péninsule comme le Piémont et la Ligurie, dont 100 % des communes sont à risque hydro-géologique ».

En outre, ces zones sont rendues « encore plus fragiles par la bétonnisation et l’abandon des terres agricoles qui a fait disparaître 28 % des superficies cultivées en 25 ans » sur le territoire italien, avec une réduction des terres utilisables à 12,8 millions d’hectares, selon Coldiretti.