Brexit : Paris ouvert à un report « technique » de « quelques jours »

ROYAUME-UNI Le président du Conseil européen Donald Tusk a recommandé mardi aux dirigeants de l’UE d’accepter un nouveau report pour permettre aux députés britanniques d’examiner le nouvel accord de retrait conclu par Boris Johnson.

20 Minutes avec AFP

— 

Le Premier ministre britannique Boris Johnson devant les députés le 22 octobre 2019.
Le Premier ministre britannique Boris Johnson devant les députés le 22 octobre 2019. — Jessica Taylor/AP/SIPA

En attendant une décision des Européens sur un éventuel report de la date de sortie, le gouvernement britannique a suspendu, ce mardi, l’examen de l’accord du Brexit à la suite du rejet par les députés du calendrier d’approbation voulu par Boris Johnson.

Dans la foulée, le président du Conseil européen, Donald Tusk a annoncé consulter les dirigeants des 27 autres Etats membres de l'UE, leur recommandant d'accepter un tel report. Paris s'est dit ouvert à une extension «technique» du Brexit de «quelques jours» afin que la procédure parlementaire puisse s'achever à Londres, mais s'opposera à une prolongation destinée à «rediscuter de l'accord», a déclaré mardi la secrétaire d'Etat française aux Affaires européennes.

«En fin de semaine, nous verrons si une extension purement technique de quelques jours se justifie, pour que le parlement britannique puisse achever sa procédure parlementaire», a déclaré Amélie de Montchalin au Sénat. «En dehors d'une telle perspective, une extension destinée à gagner du temps ou à rediscuter de l'accord est exclue», a-t-elle ajouté.

Les députés britanniques veulent prendre le temps de débattre

Après ce vote du Palement britannique compromettant sérieusement les chances d’une ratification avant le 31 octobre, Boris Johnson a indiqué devant les députés qu’il comptait demander aux Européens​ « leurs intentions » concernant le report demandé samedi. « En attendant leur décision, nous allons suspendre cette législation », a-t-il déclaré. Dans la foulée, il a été annoncé que le président du conseil européen Donald Tusk a commencé à consulter mardi soir les dirigeants des 27 membres de l'UE sur la demande de prolongation de la date de sortie du Royaume-Uni. Pour recommander, plus tard dans la soirée, aux 27 d'accepter un report du divorce avec le Royaume-Uni.

Les députés ont rejeté, ce mardi, avec 322 voix contre et 308 pour, l’examen accéléré du nouvel accord du Brexit, négocié la semaine dernière entre Londres et Bruxelles, jugeant le délai, pour débattre d’un texte de 110 pages, trop court.

Proposé par le gouvernement britannique, le calendrier d’adoption qui prévoyait une approbation de la loi d’application de l’accord d’ici à jeudi soir et un Brexit le 31 octobre.