Facebook: Nouvelle opération russe contre les élections américaines de 2020

MANIPULATION Le réseau social a détecté quatre campagnes d’influence soutenues par l’Iran et la Russie

20 Minutes avec AFP

— 

Capture d’écran du site Facebook, le 10 juillet 2019.
Capture d’écran du site Facebook, le 10 juillet 2019. — AFP

Facebook a renforcé ses mesures de sécurité en vue des élections américaines de 2020, après avoir déjoué une nouvelle tentative russe de manipuler l’opinion, visant notamment des candidats démocrates comme Joe Biden. Le réseau social a ainsi annoncé lundi avoir bloqué quatre campagnes d’influence menées par des groupes qui se faisaient passer pour des utilisateurs des plateformes (Facebook et Instagram) et étaient soutenus par des Etats, l’Iran et la Russie.

Des candidats directement attaqués

L’un des groupes russes partageait des publications via des faux comptes, censés représenter différents courants politiques et abordant des sujets comme « les élections américaines, les questions environnementales, les tensions raciales, les questions LGBT, le conservatisme et le libéralisme (…) », a listé Nathaniel Gleicher, responsable de la cybersécurité chez Facebook.

La firme Graphika, spécialisée dans l’analyse des réseaux sociaux, a de son côté mis en évidence des comptes russes qui s’attaquaient directement à certains candidats américains à la présidentielle. « De nombreux comptes chantaient les louanges de Bernie Sanders ou de Donald Trump », indique le rapport de Graphika. Selon celui-ci, « des comptes des deux côtés du spectre politique attaquaient Joe Biden. D’autres attaquaient Kamala Harris et Elizabeth Warren. Près de la moitié des comptes prétendaient être basés dans les Etats pivots surtout la Floride ». Le rapport révèle aussi que ces comptes réutilisaient des messages d’une organisation russe liée au Kremlin, la « Internet Research Agency », qui avait ciblé des électeurs américains pendant la campagne présidentielle de 2016.

Plus d’annonces incitant à ne pas voter

Parmi les nouvelles mesures pour renforcer la protection de ses réseaux, le géant américain prévoit notamment d’indiquer à ses utilisateurs les messages provenant de médias contrôlés financièrement par un Etat. Pour freiner la propagation des fausses informations, des fenêtres « pop-up » s’afficheront quand des utilisateurs de Instagram tenteront de partager des contenus ayant été démentis par des journalistes de son programme de « fact-checking » (vérification de l’information par des tiers). Enfin, Facebook a aussi décidé de mieux protéger les comptes de candidats politiques contre le risque de piratage ou de prise de contrôle. Et les annonces visant à décourager les électeurs d’aller voter seront systématiquement supprimées.