VIDEO. Japon : Message aux ancêtres, trône doré et tambours... L’empereur Naruhito officiellement intronisé

JAPON Quelque 2.000 convives étaient présents, dont des dignitaires de plus de 170 pays

M.C. avec AFP

— 

L'empereur Naruhito (à gauche) lors de sa cérémonie d'intronisation, mardi 22 octobre.
L'empereur Naruhito (à gauche) lors de sa cérémonie d'intronisation, mardi 22 octobre. — Kazuhiro Nogi Pool/SIPA
  • L’empereur Naruhito a pris la place de son père Akihito en mai dernier, faisant entrer le Japon dans l’ère Reiwa.
  • C’est la première fois qu’une telle cérémonie d’intronisation est organisée au Japon en près de trente ans.
  • Millimétrée, la cérémonie a été menée sans un mot d’instruction, seulement rythmée par les tambours et gongs traditionnels.

Après avoir « informé » ses ancêtres de son accession au trône, il l’a annoncé aux Japonais et au reste du monde. L’empereur Naruhito, qui a pris la place en mai dernier de son père Akihito, faisant entrer le Japon dans l’ère Reiwa, était au centre, ce mardi, de l’une des étapes majeures d’un processus de succession de plusieurs mois.

« Ayant hérité précédemment du trône en vertu de la constitution et de la loi sur la Maison impériale […], à l’adresse du pays et du monde, je proclame mon intronisation », a déclaré Naruhito, au côté de l’impératrice Masako, tous les deux vêtus de tenues traditionnelles réservées pour ce rituel exceptionnel. Naruhito est devenu le 126e souverain du Japon le 1er mai dernier au lendemain de l’abdication de son père Akihito, resté durant 30 ans sur le trône du Chrysanthème.

Un costume de couleur orangée

« Je promets ici que je prierai toujours pour le bonheur du peuple japonais et la paix mondiale », a-t-il ajouté, faisant également part de son engagement à se tenir « au côté de la population pour remplir [ses] obligations de symbole de la Nation et de l’unité du peuple du Japon ». La cérémonie, rythmée par de brefs gongs et roulements de tambour, s’est déroulée dans la « salle des Pins » du palais impérial, en présence de membres de la famille impériale.

Peu avant que ne commence le rituel, étaient d’abord passés dans la cour extérieure vitrée le prince héritier Akishino, vêtu d’un ample costume à traîne de couleur orangée, puis la princesse Kako, vêtue d’une tenue traditionnelle à dominante violette et rouge à l’instar des autres femmes de la famille impériale. Puis l’empereur et l’impératrice sont apparus immobiles et debout sous les baldaquins de leurs trônes respectifs, quand des officiels appelés « jiju » ont tiré les rideaux violets descendant de ces imposantes structures placées sur deux estrades séparées. L’empereur a reçu ensuite des mains d’un autre « jiju » le grand papier plié sur lequel était écrite sa déclaration.

« Banzai » et coups de canon

Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, a ensuite présenté ses félicitations au souverain. Face à l’empereur, le chef du gouvernement a ensuite crié trois fois « banzai » en levant les bras au ciel, exclamation signifiant littéralement « 10.000 ans » (longue vie à l’empereur), reprise ensuite par les invités japonais. Plusieurs coups de canons ont été tirés à l’extérieur avant que les rideaux ne soient tirés devant l’empereur et l’impératrice et qu’ils ne quittent la salle suivis des autres membres de la famille impériale.

C’est la première fois que cette cérémonie sera organisée en près de trente ans, la dernière remontant à novembre 1990, pour l’accession au trône d’Akihito après la mort de son père, Hirohito, l’année précédente. Les festivités de mardi devaient être suivies d’un défilé dans Tokyo du souverain de 59 ans et de son épouse, l’impératrice Masako, à bord d’une voiture décapotable. Mais à cause du typhon Hagibis qui a endeuillé le Japon mi-octobre, il a finalement été reporté au 10 novembre, le gouvernement préférant mobiliser ses ressources pour la reconstruction des zones sinistrées.

Des représentants de plus de 170 pays

Quelque 2.000 convives étaient présents, dont des dignitaires de plus de 170 pays. Parmi eux, figuraient des chefs d’Etat comme le président brésilien Jair Bolsonaro, des représentants de familles royales comme le prince Charles pour le Royaume-Uni ou le prince héritier Mohammed ben Salmane d’Arabie saoudite. La France était représentée par Nicolas Sarkozy, tandis que Donald Trump, qui avait été le premier dirigeant étranger à rencontrer le nouvel empereur Naruhito, en mai, a envoyé à sa place la secrétaire américaine aux Transports, Elaine Chao.

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe prévoit de profiter de l’occasion pour entretenir les liens diplomatiques, et doit rencontrer au cours de la semaine une cinquantaine de représentants. Il devrait notamment s’entretenir avec le Premier ministre sud-coréen, Lee Nak-yeon. Il s’agirait alors du premier contact à ce niveau entre les deux pays, dont les relations sont au plus mal depuis le début de l’été.