Espagne : Les restes du dictateur Franco, mort en 1975, seront exhumés jeudi

TRANSFERT La famille de l’ancien dirigeant espagnol s’est pourtant battue pour empêcher son exhumation. Elle aura finalement lieu ce jeudi pour que le lieu où il repose ne soit plus un lieu d’apologie du franquisme

20 Minutes avec AFP

— 

La Valle de los Caidos (illustrations)
La Valle de los Caidos (illustrations) — ¡ngel DÌaz/EFE/SIPA

Franco ne reposera plus à la Valle de los Caidos (la vallée de ceux qui sont tombés). Les restes de l’ancien dictateur espagnol seront exhumés jeudi du mausolée dans lequel ils reposent près de Madrid, a annoncé lundi le gouvernement espagnol. Ils seront ensuite transférés au cimetière du Pardo dans la banlieue de la capitale espagnole, une opération qui se déroulera « en présence de la famille du dictateur », précise le gouvernement dans un communiqué.

L’actuel premier ministre Pedro Sanchez, en poste depuis juin 2018, avait fait de cette exhumation l’une de ses priorités. Il ne voulait plus que la Valle de los Caidos soit un lieu d’apologie du franquisme. Franco avait dirigé l’Espagne jusque dans un régime dictatorial de 1939 à sa mort en 1975. Il avait été enterré dans un gigantesque mausolée à une cinquantaine de kilomètres de Madrid. 

Sa famille était opposée à son exhumation

Quelques jours après sa mort le 20 novembre 1975, le cadavre embaumé de Franco y avait été inhumé, en grande pompe et en présence de son successeur à la tête de l’Etat espagnol, le roi Juan Carlos. Depuis, sa tombe reste fleurie, au pied de l’autel de la basilique, près de celle du fondateur du parti fascisant La Phalange, Jose Antonio Primo de Rivera.

Opposée à l’exhumation, la famille Franco exigeait, si elle devait être autorisée, que le dictateur soit enterré dans le caveau familial de la cathédrale de l’Almudena, où gît sa fille. Une solution inenvisageable pour le gouvernement qui craignait que cela ne transforme cette cathédrale située dans le centre de Madrid en un nouveau lieu de pèlerinage franquiste.

L'Espagne rend hommage à Adolfo Suarez, «architecte» de la démocratie