Offensive turque contre les Kurdes : 14 civils tués dans des frappes d’Ankara et ses alliés

SYRIE Jeudi, la Turquie avait accepté de suspendre pour cinq jours son offensive dans le nord-est de la Syrie, le temps que les forces kurdes quittent la région

20 Minutes avec AFP

— 

Des civils Kurdes fuient la ville de Kobané à la frontière turque, le 16 octobre 2019.
Des civils Kurdes fuient la ville de Kobané à la frontière turque, le 16 octobre 2019. — Bakr ALKASEM / AFP

Au moins 14 civils ont été tués, ce vendredi, dans le nord de la Syrie par des raids aériens et bombardements turcs, selon le décompte fourni par l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

« Des raids aériens et des tirs d’obus vendredi ont tué 14 civils dans le village de Bab al-Kheir et d’autres villages des environs », a affirmé l’ONG.

L’offensive normalement suspendue jusqu’à mardi soir

Pourtant, jeudi, aux termes d’un accord arraché par le vice-président américain Mike Pence lors d’une visite à Ankara, la Turquie a accepté de suspendre pour cinq jours son offensive lancée le 9 octobre, et d’y mettre fin si les forces kurdes des YPG, considérées comme « terroristes » par Ankara, se retirent pendant cette période des zones frontalières de la Turquie dans le nord-est de la Syrie.

Vendredi, le président turc Recep Tayyip Erdogan a averti que l'offensive dans le nord-est de la Syrie reprendrait dès mardi soir si les forces kurdes ne se retirent pas de ce secteur comme prévu dans l’accord de trêve. « Si les promesses sont respectées d’ici mardi soir, la question de la zone de sécurité aura été résolue. Faute de quoi, l’opération Source de Paix reprendra dès que le délai de 120 heures expirera », a déclaré Recep Tayyip Erdogan.