Offensive turque contre les Kurdes: Mike Pence annonce une trêve de cinq jours en Syrie

GEOPOLITIQUE Cette pause pourrait devenir permanente si les forces kurdes se retirent de la région, ce qui est loin d'être garanti

P.B. avec AFP

— 

Le vice-président américain Mike Pence a rencontré le président turc Recep Tayyip Erdogan à Ankara le 17 octobre 2019.
Le vice-président américain Mike Pence a rencontré le président turc Recep Tayyip Erdogan à Ankara le 17 octobre 2019. — Jacquelyn Martin/AP/SIPA

« Les Etats-Unis et la Turquie se sont mis d’accord pour un cessez-le-feu en Syrie. » A l’issue d’une rencontre avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, jeudi, le vice-président américain Mike Pence a annoncé qu’Ankara avait accepté de « faire une pause » de cinq jours dans son offensive contre les Kurdes.

Les forces kurdes en Syrie sont prêtes à respecter une initiative de cessez-le-feu dévoilée jeudi soir par Washington et Ankara, a annoncé le commandant d'une alliance de combattants kurdes et arabes qui résiste à l'offensive lancée par la Turquie dans le nord syrien. «Nous sommes prêts à respecter le cessez-le-feu», a annoncé le chef des Forces démocratiques syriennes (FDS) Mazloum Abdi, lors d'une intervention téléphonique sur la chaîne de télévision kurde «Ronahi».

Selon Mike Pence, cette fenêtre permettra un retrait des forces kurdes d’une zone frontalière de 30 kilomètres. L’offensive turque « s’arrêtera complètement lorsque ce retrait aura été terminé » durant cette période de suspension, a déclaré le vice-président à la presse à l’issue de plus de quatre heures d’entretiens avec le président turc. Selon Pence, Donald Trump devrait lever les sanctions économiques américaines contre la Turquie si le cessez-le-feu devient permanent.

Une suspension, pas une fin

Le chef de la diplomatie turque Mevlut Cavusoglu a confirmé cet accord, qui a fait l’objet d’une « déclaration turco-américaine commune sur le nord-est de la Syrie » et qui a été rendue publique dans la soirée. « Nous suspendons l’opération, nous ne l’arrêtons pas », a déclaré M. Cavusoglu à la presse. « Nous pourrons arrêter l’opération seulement lorsque (les forces kurdes) se seront retirées complètement de la région », a-t-il ajouté, refusant toutefois de parler d’un cessez-le-feu. « Un cessez-le-feu se conclut entre deux parties légitimes », a-t-il dit.

Donald Trump a évoqué un « grand jour » pour la Turquie et pour les Kurdes. « Nous avons un cessez-le-feu de cinq jours », a déclaré M. Trump depuis Fort Worth, au Texas (Etats-Unis). « Les Kurdes sont incroyablement heureux de cette solution », a-t-il ajouté, se disant particulièrement satisfait que les négociations aient abouti « aussi vite ».

L’offensive turque a déjà fait près de 500 morts, dont une centaine de civils, et provoqué le déplacement de 300.000 personnes depuis son lancement le 9 octobre, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).