Oxford : Un professeur accusé d'avoir vendu des papyrus bibliques sans autorisation

ENQUETE Ces papyrus avaient été vendus à une chaîne américaine de magasins d’art et d’artisanat puis confiés au Musée de la Bible à Washington

20 Minutes avec agences

— 

Illustration d'un rouleau de papyrus
Illustration d'un rouleau de papyrus — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Le professeur Dirk Obbink, spécialisé dans la papyrologie, est accusé d’avoir vendu sans autorisation une dizaine de textes anciens bibliques de la collection Oxyrhynchus. Celle-ci regroupe des documents du IIIe siècle avant J.-C. au VIIe siècle. Elle appartient à la Société d’Exploration de l’ Egypte (EES) et est conservée à Oxford, en Angleterre.

Une porte-parole a indiqué que l’université collaborait avec l’EES « au sujet des accusations concernant des papyrus de la collection Oxyrhynchus ». L’établissement réaliserait actuellement sa propre enquête interne.

Les documents ont été rendus

L’ESS a expliqué dans un communiqué avoir été aidée par un musée américain actuellement détenteur de ces textes sacrés. Le Musée de la Bible, situé à Washington, lui a envoyé des photographies de treize textes pour aider à leur identification et a accepté de les rendre. Ces textes comprennent des extraits de Livre de la Genèse, du Livre de l’Exode ou encore des Psaumes.

Le musée a affirmé à l’ESS s’être vu confier 11 des papyrus après leur vente, par le professeur Dirk Obbink, à la chaîne américaine de magasins d’art et d’artisanat du nom de Hobby Lobby. Concernant le lancement d’éventuelles poursuites, la Société a précisé que les « questions juridiques découlant de ces conclusions » étaient actuellement étudiées « par toutes les institutions concernées ».