Donald Trump condamne une vidéo parodique violente le mettant en scène

ETATS-UNIS Le mème, diffusé à une conférence conservatrice, le montre en train d'exécuter ses opposants médiatiques et politiques

20 Minutes avec AFP

— 

Le président américain lors d'un meeting politique dans le Minnesota, le 10 octobre 2019.
Le président américain lors d'un meeting politique dans le Minnesota, le 10 octobre 2019. — Evan Vucci/AP/SIPA

Dans un climat politique tendu, Donald Trump a « fermement » condamné une vidéo parodique (lien) le mettant en scène en train d’exécuter des opposants médiatiques et politiques, a indiqué lundi sa porte-parole Stephanie Grisham. Le mème, qui détourne le film Kingsman: Services secrets, a été diffusée ce week-end lors d’une conférence conservatrice pro-Trump organisée par le groupe American Priority.

« Le président n’a pas encore vu la vidéo. Il la verra rapidement, mais sur la base de tout ce qu’il a entendu, il condamne fermement cette vidéo », a tweeté la porte-parole de l’exécutif américain. Cette vidéo, qui a été présentée durant une conférence de ses partisans à Miami et dont l’existence a été révélée par le New York Times, a suscité une vague d’indignation.

Conférence dans un club de golf de Trump

Dans la scène, le visage de Donald Trump remplace celui de Colin Firth, et il ouvre le feu sur les fidèles dont les visages ont été remplacés par les logos de médias comme CNN, le Washington Post ou NBC.

Le déchaînement de violence se poursuit dans une « église des fake news » où le personnage représentant Donald Trump repousse des fidèles et s’attaque à Hillary Clinton, au défunt sénateur John McCain, au sénateur Bernie Sanders – l’un de ses rivaux démocrates pour la prochaine présidentielle – ou au sénateur républicain Mitt Romney ainsi qu’à l’ancien président Barack Obama.

Selon l’organisateur de l’événement, intitulé « American Priority » et qui s’est tenu la semaine dernière dans le club de golf de M. Trump à Miami, le clip a été montré dans le cadre d’une « exposition sur les mèmes » Internet. « American Priority rejette toute violence politique et cherche à promouvoir un dialogue sain sur la protection de la libre expression », a déclaré Alex Phillips au quotidien américain.