Mexique: Quatorze policiers tués dans une embuscade

ATTAQUE Selon des médias locaux, les policiers ont répondu à un appel de détresse et ont été pris pour cible par des hommes armés dans les faubourgs de la ville d’Aguililla

20 Minutes avec AFP

— 

Quatorze policiers ont été tués dans une embuscade, ce lundi, dans l’Etat de Michoacan, dans l’ouest du Mexique.
Quatorze policiers ont été tués dans une embuscade, ce lundi, dans l’Etat de Michoacan, dans l’ouest du Mexique. — Francisco Guasco/EFE/SIPA

Quatorze policiers ont été tués dans une embuscade, ce lundi, dans l’Etat de Michoacan, dans l’ouest du Mexique, a annoncé le ministère fédéral en charge de la Sécurité.

Selon des médias locaux, les policiers ont répondu à un appel de détresse et ont été pris pour cible par des hommes armés à leur arrivée sur les lieux, dans les faubourgs de la ville d’Aguililla. « Quatorze policiers sont morts dans l’attaque qui s’est produite dans la ville d’Aguililla », dans le Michoacan, a déclaré le ministère chargé de la Sécurité publique sur son compte Twitter.

Des groupes d’autodéfense pour se protéger des organisations criminelles

Les responsables de la police locale ont assuré dans un message sur Twitter que « tout était mis en œuvre pour retrouver les auteurs » de l’attaque. L’Etat de Michoacan abrite plusieurs organisations criminelles, ce qui a contribué à la prolifération de groupes d’autodéfense ces dernières années.

Le 30 août, un affrontement entre deux groupes armés avait entraîné la mort de neuf personnes et en avait blessé onze autres, dans la localité de Tepalcatepec, à 75 km de Aguililla. Toujours en août, les corps de 19 personnes avaient été retrouvés dans la ville de Uruapan, dans le centre du Michoacan.

Le gouvernement mexicain en guerre contre le crime organisé

Fin 2006, le gouvernement mexicain a lancé une importante offensive généralisée contre le crime organisé​ qui, selon plusieurs organisations de défense des droits de l’homme, n’a fait qu’accroître la violence dans le pays.

Depuis, des données officielles font état de la mort de quelque 250.000 personnes sans qu’il soit toutefois possible de déterminer le nombre de tués dans le cadre de la lutte contre le crime organisé.