VIDEO. Hong Kong : Une statue, symbole de la contestation, hissée par des manifestants sur une montagne

ÉGÉRIE La statue « Lady Liberty » tient notamment un parapluie, symbole du mouvement hongkongais pro-démocratie.

20 Minutes avec agences

— 

Des contestataires hongkongais ont hissé cette statue le 13 octobre dernier sur le «Lion Rock ». La « Dame de la Liberté » est devenue le symbole de la lutte pro démocratique.
Des contestataires hongkongais ont hissé cette statue le 13 octobre dernier sur le «Lion Rock ». La « Dame de la Liberté » est devenue le symbole de la lutte pro démocratique. — Kin Cheung/AP/SIPA

Des manifestants ont acheminé secrètement ce dimanche une statue devenue un symbole de leur mobilisation surnommée la « Dame de la liberté », en haut d’une montagne emblématique à Hong Kong. Ils ont proclamé que ce sommet serait « sa dernière demeure ».

Inspirée de la « Déesse de la Démocratie », statue symbole du mouvement de Tiananmen en 1989, cette statue blanche a souvent été transportée cet été dans les manifestations à Hong Kong. Ce dimanche, des manifestants ont annoncé qu’elle avait entrepris son dernier voyage jusqu’au sommet du « Lion Rock », une montagne qui culmine à 495 mètres et domine la péninsule de Kowloon.

Pire crise depuis 1997

L’artiste qui l’a réalisée a expliqué que des protestataires avaient profité de la nuit pour emporter la statue de 80 kg sur le chemin escarpé. « Une équipe de 16 grimpeurs professionnels l’ont transportée en deux morceaux tandis que 16 autres emmenaient divers équipements et provisions », a-t-il déclaré.

« Le Lion Rock sera sa dernière demeure », a indiqué dans un communiqué l’équipe l’ayant acheminée au sommet, ajoutant qu’il revenait aux autorités de la laisser ou de la retirer. Cette montagne, qui doit son nom à sa silhouette en forme de lion, est depuis des années un des lieux de la contestation hongkongaise. Des manifestants y ont déjà plusieurs fois déployé des banderoles.

La ville traverse depuis juin sa pire crise politique depuis sa rétrocession en 1997. Les manifestations sont presque quotidiennes pour demander notamment des réformes démocratiques ou encore une amnistie pour les personnes arrêtées.